DIX DIZAINS





1

S’IL SE POUVAIT





S’il se pouvait…Silence sur la page

Puis peu à peu comme une pluie d’été

S’abandonner…   au babil de Babel

S’abandonner ? Paroles innocentes

Chacun qui écrit tant soit peu le sait
Du moins l’éprouve…Dans un grand désordre

Qui nous vient du corps…

Alors ça te parle ?

Toi qui lis Est-ce-que ceci te remue ?

S’il se pouvait…Silence sur la voie

Que tu es seul.e à pouvoir trouver

voix jjd




2

JE VOIS





Je vois, dis-tu, je vois, tu le répètes

On dirait que tu acquiesces, tu piges.

Mais ce que je disais l’as-tu saisi

ou est-ce un leurre ? On doit vérifier

Alors je recommence mon discours

Bon tu vois te dis-je quand je te parle

je puise dans le langage commun

entre les choses palpables, visibles,

et les mots entraînant nos confusions :

le corps, l’esprit, le vide, l’énergie.

Je vois, je vois, dis-tu, et nous partons

spontanément, d’un grand éclat de rire.

voix jjd




3

REPRISE DU TEMPS





Reprise du temps J’allume la lampe

après un premier somme Et j’écris

ceci (J’ai encore sept lignes à faire)

Mais j’ai tout mon temps c’est ma fantaisie

En attendant je lis et me relie

à un ami poète, langagier tous azimuts

et Pessoen bien sûr –sa dédicace

qui me fait la part belle – mais c’est mieux

pour parler de lui ou-disons-de nous

Voilà vous pouvez tout relire –Chut !





voix jjd
voix Estourelle

4

LE PETIT COMMERCE





Quand tu es seul avec qui fais-tu commerce ?

Commerce sont relations avec autrui

Mais l’autre ici, c’est toi, voix sans personne.

Tu lis ailleurs : le commerce vital

qui alimente nos petites vies.

Est-ce apocryphe ou vraiment écrit ?

Nos petites vies dans le sac à mots

Je parle au papier…mes idées j’entasse

Je ne corrige point…mes embrouillures

Tu pourrais toi aussi faire Essais

version parlée 2




5

UNE VOIX CHERCHANT SA VOIE





Pour que les mots ne cognent dans le vide

Je m’abreuve aux sources créatrices

Diffuses dans les textes difficiles

Ceux qui résistent ceux qui se dérobent

Mots faisant notre humaine condition

Je les reprends les reprise les frotte

Aux différentes formes de ma vie

Une vie qui m’échappe sans emphase

Mais non sans essai de creuser ma voie

Juste une voix de tous et de personne





voix jjd
voix Estourelle

6

INTELLIGENCE





Intelligence : liaisons nouvelles

Parfois dangereuses mais nécessaires

Si l’on veut secouer le cocotier

Façon de parler de paraboler

Dans le sillage d’un nouveau poème

Intelligence mais sans l’illusion

De tout le prêt-à-porter de Sagesse :

détachement et cogito perso

qui oublient la pluralité de l’homme.

À même moi, c’est toi, qui nous invente.





7

  JE SAIS BIEN…

MAIS QUAND MÊME





Même…Ce premier mot usé…Je sais

bien…mais quand même Même si ce texte

semble ne servir à rien Je sais bien

qu’il manifeste une activité

hors-ligne – folie douce, dérision –

Je sais bien qu’il paraît imaginaire

Mais il n’y a pas plus réel que ce corps

Utilisant son imagination

La voix maintenant se tait Je sais bien

On dirait un exercice Oulipien

Mais quand même…









voix

8

TAM-TAM BAOBAB





Tam-tam baobab écume de mots

qui sollicitent les dents et les lèvres

Baobab tam-tam comme un jeu d’enfant

Une danse en rond au tour du géant

de l’Afrique

On tape sur la peau

du tambour des savanes en écho

Tam-tam baobab du blues et du scat

La musique d’Amstrong d’Ella de Duke

Ô sœurs et frères qui nous ensorcellent !





9

L’ÂME





Mon corps-esprit m’imagine sans âme

Et il y a très longtemps que je n’en fais plus

état. Sauf quand je récite Verlaine :

Âme t’en souvient-il ?

et beaucoup d’autres

poètes qui longtemps la tutoyèrent.

Évidemment elle traîne sa peine

à tout bout de champ

dans bien des romans

Et chez tous ceux qui font de Poésie

« un supplément d’âme ! »…

mais bien malade.

Fin des salades

et sans état d’âme.





voix

10

C’EST PAS GAGNÉ





C’est pas gagné On entend ça partout

Un prétexte pour ne rien commencer ?

C’est pas gagné ? Comme une fin des fins

Comme si on touillait déjà les cendres

Sans avoir pris le soin de préparer

son feu.

Chaque essai s’échafaude, va,

au rythme des mots, des images neuves,

que l’on crée, lettre à lettre.

Un passage

en ce monde, où perdre c’est gagner.

Perdre ses illusions et se réinventer.

voix jjd
JJ DORIO 

Martigues

du premier au dix juillet 2020

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :