J’ÉCRIS opus 23





J’écris ce texte de clôture d’une plume douce

J’écris mezzo voce dans une chambre

entre deux sommes qui nettoient mes pensées





J’écris naturellement (si je puis dire)

J’écris toujours en chantier

J’écris bien entouré

de livres (jamais les mêmes)

d’un dictionnaire de rimes

et, depuis peu, d’un smartphone

qui m’éclaire sur un mot, un nom,

une expression toute faite,

qu’il faut étirer, condenser, modifier





J’écris et ça fait tilt

J’écris du tac au tac

J’écris tic, tic et tic





J’écris pour en finir avec le jugement des dieux

J’écris en dissident

J’écris en décidant d’arrêter là cette série à l’opus 23

J’écris de mon écriture de puce

(piqûre de rappel nécessaire à toute critique

de ce qui prétend être une écriture singulière)





J’écris témoin du temps

Passeur à la mode d’antan

(cadrage et débordement)





J’écris rugby

J’écris essai

(mais nulle foule en liesse

pour exhiber la pancarte try)





J’écris j’essaie

(à la main sur un papier vergé)

J’écris en seconde main sur le clavier

mon texte modifié (à la marge)

ou, parfois, rejeté





J’écris rejetons

(avec ses connotations sans fin)





J’écris comme ma sœur Anne

dans une maison pleine de fenêtres

(traversée de part en part par les murmures

du peuple d’écrivain.e.s)





J’écris pour mon petit-fils

qui va entrer en mat(ernelle) sup(èrieure)





J’écris pour blaguer avec mon papier

J’écris pour virevolter

J’écris en compulsant (un max)

J’écris par intermittences

(du cœur, du corps et de ce qui me reste d’esprit)





J’écris très vite (côté cour d’honneur)

et plus que lentement (côté jardin imparfait)





J’écris en faisant chanter le feutre

(style musique pour une porte et un soupir)





J’écris en commençant par cette fameuse phrase venue des dieux

et en finissant nu comme un vers de Verlaine

et tout le reste est littérature





Martigues 16/07/2021  2heures 53

J’ÉCRIS opus 11





J’écris en m’aidant d’une corde reliée à mes origines
...toujours à venir

J’écris avec le cordon qui relie les enfants d’une sortie pédagogique

J’écris depuis un temps zéro
Passé néant
Futur inexistant

J’écris sur le pont d’un navire
Où peu de voyageurs écrivent le français

J’écris pour une répétition générale
Qui laisse la place à des variations
Indiquées à tel et tel endroit 
Comme le fait Phil Glass sur ses partitions

J’écris l’endroit et l’envers d’un décor
Qui s’estompe dans la brume de mon inconscient

J’écris sans faire d’histoire,
de contingence, de survivance,
de désir de faire briller mon étoile
dans la constellation des rêveurs éveillés

J’écris attentif à reprendre certains termes de vieille coutume
dont le lecteur inattentif ne mesure pas toujours l’arrière plan historique

J’écris malgré les plaies et les bosses,
les boss qui fanfaronnent
devant les peuples de la Grande Garabagne
imaginés par Henri Michaux

J’écris fuyant les genres littéraires
et le sommeil cousu de fil blanc

J’écris avec la terre et l’eau
les courants en feu
le naturel qui plonge le corps humain
dans un apprentissage sans fin

J’écris par Jupiter ! par Confucius !
par Nobles Messieurs et Gentes Dames
Chers et Chères amies

J’écris Tao Tao

J’écris sur le temps qui n’existe pas
selon le cours dicté par Norbert Elias
alors qu’il entrait dans le royaume borgésien
des non-voyant 

J’écris en refusant de me laisser prendre aux mots

J’écris Arrêt en cours
en perdant le mélange de toutes ces choses
que je viens d’écrire 

J’écris pour me désencombrer l’esprit











J’ÉCRIS opus 10





J’écris de mémoire en me remémorant les moires, les reflets
et leurs effets capricieux

J’écris entre égarement et confusion,
en attendant de retrouver,
comme par miracle,
les rimes et les rythmes
des Chantefleurs et des Chantefables

J’écris pour le négrillon qu’Ali Gator
voulait croquer au réveillon

J’écris pour la baleine
et pour ses baleineaux 

J’écris pour la jeunesse de Robert le Diable
transfiguré en dromadaire
pour son ami Apollinaire,
en ver luisant
pour Edouard Glissant

J’écris Tout Monde
Tout l’monde est malheureux
Tout l’temps

J’écris de Natashquan
Où le temps s’arrête

J’écris de ce pays
Où Vigneault m’attend

J’écris pour l’œil des hiboux
Qui voient rouge
Quand ils me voient cultiver
(noir sur blanc)
Le tumulte et le changement

J’écris de droite et de gauche,
Dextroverse, sinistroverse, arabe, hébreux

J’écris chinois

J’écris de plume et de calame,
De pinceau et de stabilo,
Ces feutres pointes fines
Que j’apprécie particulièrement

J’écris ironie de l’histoire
à ma fille gauchère
qui me lit en miroir
et se faisant m’aide à parfaire
mon dictionnaire à part

J’écris n’en revenant pas
D’avoir été gamin, enfant,
Homme jeune, quadra, quinqua
Et dans quatre ans (qui sait ?)
Multipliant par quatre mes vingt ans

J’écris envoyant
au diable l’écriture et les âges de la vie

J’écris comme un commencement
qui recommence
Et qui n’en finit pas



Avec Robert Desnos, Apollinaire, Edouard Glissant, Gilles Vigneault, Baudelaire, Pauline Dorio



TEMPS PERDU ET RETROUVÉ





Perdu puis retrouvé

Une question de Temps

chez Marcel Proust

qui déploie nuit après nuit

cette âme humaine dont une des lois,

 fortifiée par les afflux inopinés de souvenirs différents,

 est l’intermittence…





Question d’annonce dans le journal

ou le quartier :

Chien perdu sans collier

Appelez le 06 00 00 00

Si vous l’avez retrouvé





Pain perdu et dont le goût redoré

par un mélange d’œufs et de lait

Nous fait remémorer

ces quatre vers appris sur un coin de table

Alors que Mère nous régalait

de ce mets goûteux :





Elle est retrouvée

Quoi ? L’éternité

C’est la mer allée

Avec le soleil





A.Rimbaud

hypnographies Dorio 6/8

DIALOGUE DE SOURDS





– D’où tu viens ?

– Je n’ai rien entendu.

– D’où tu parles ?

– Je n’ai rien vu.

– Où vas-tu ?

– Turlututu !

– Et au Ciel y crois-tu ?

– Ciel mon mari !

– Et le Temps ?

– Je l’attends au tournant.

Ou bien les mains sur la toile,

sur le piano, sur le papier,

à travers la nuit,

je lui refais une beauté.





Dialogues intérieurs  X