PHÉNIX

En procédant à l’impossible rangement des livres de mes bibliothèques, j’ai effacé tous les noms d’auteurs. Des voix anonymes s’élèvent du papier, images de l’évidence poétique ou paroles qui peu à peu s’éteignent.

À la fin, ma librairie est réduite à une planche branlante de cerisier.

Le peu de livres réunis ont retrouvé un auteur unique refusant de mourir ;

Oiseau des vents, pierre vive, arbre enchanté, métaphores vives embrasant Phénix.

Jean Jacques Dorio <doriojeanjacques@gmail.com>)

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

UN TITRE : un dictionnaire à part moi

UN TITRE

J’ay un dictionnaire à part moi

Je passe le temps…quand il est mauvais et incommode

Quand il est bon Je ne veux le passer

Je m’y tiens

Michel de Montaigne

(28 février 1533-13 septembre 1592)

 Un dictionnaire à part moi, c’est avec ce titre en tête, issu de l’auteur des Essais, que j’ai composé ce livre, sous forme d’une sorte d’autoportrait abécédaire.

Or, si je le déplie, « rétroactivement », ce titre s’écarte de mon projet d’écriture sur un point essentiel : ce « moi », pour le dire d’une formule dont le philosophe Paul Ricœur a fait son miel, se change au fil de ses entrées, résolument, en un « soi-même, comme un autre. »

Dictionnaire à part moi se présente dès lors comme un voyage au long cours et un vertige de listes et d’énumérations, un inventaire mouvant, soumis aux métamorphoses du temps, à la langue ouverte aux aléas du signifiant.

Dictionnaire à part moi, histoires d’une vie frottée à une réalité qui fuit, réminiscences et oublis, tentative d’épuisement de fragments d’écriture discontinus, répétitions, variations, à l’épreuve de l’éparpillement et de l’inachèvement d’une vie.

Et en fin de compte et de conte, quand bien même (presque) personne ne l’entendra, la voix d’un narrateur reconnaissant, à tous ceux et toutes celles, qui, dans les temps de liesse comme ceux de détresse, lui ont permis de tracer la voie d’une mémoire, somme toute, heureuse.

Jean Jacques Dorio

UN DICTIONNAIRE À PART MOI

Jean Jacques Dorio

Les Editions du Net

222  « entrées » 189 pages 16 €

pour faire vivre le livre

commandez-le chez votre libraire

ou chez l’éditeur, à la Fnac, Placedeslibraires, etc

Merci mille et une fois

JJD

UN DICTIONNAIRE À PART MOI

Vient de paraître 
https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

Une entrée du dictionnaire qui en comporte 222  

BOUSTROPHÉDONS

Où je suis né on me l'a dit*
Mais ceux-là même sont partis
depuis longtemps hélas. Mon père,
ma mère, essentiellement.  

Dans une maison de village,
face à l'église qui sonnait
mâtines, midi, l'angélus.
Personne ne s'agenouillait.   

Ma rue - je ne sais plus son nom -
Traversait alors la commune,
Je la quittai bientôt pour une
autre, dite du pré de long.  

C'est là que j'appris à courir,
Mes genoux portaient la couronne,
Petit Poucet rieur offrant
Miettes d'enfance au royaume.   

Mes parents étaient paysans.
Pas un sou mais quelle richesse :
Lait veau vache cochons couvées
Blé maïs et pommes de terre. 

Quelquefois je guidais les bœufs,
Mon père faisait ses sillons,
Qui aurait dit qu'il me montrait
Ainsi l'art du boustrophédon :  

C'est tourner d'une ligne à l'autre
Le sillon égale le vers.
Lui semait le blé dur, l'épeautre,
Mon champ est plus imaginaire.  

Je le sais mais je persévère.

*Georges Perros (Une vie ordinaire)

DICTIONNAIRE MA BABEL





Dictionnaire ma Babel
Ponge tournait et retournait
en tout sens
son Littré
Moi c'est Robert
alias Alain Rey

Dictionnaire agité
Telle l'argile du potier
Qu'il nous faut bien malaxer
Afin de la désaérer

Dictionnaire me voilà
Écumant tes signes émigrants
Épuçant une page manuscrite
de l'oncle Gustave (Flaubert)
à l'état brut, 
Écrite, disait-il, comme un ornement de marquèterie

Dictionnaire mon algèbre
Réduisant les fractures de la langue
Mon dico rebouteux, 
Boute en train qui me traîne,
me trouble et m'incarne,
Me fait subir, article après article,
ses coups de marteau spirituel

Dictionnaire labyrinthe
Impasses et fausses pistes
Chemins qui bifurquent
Où l'on exerce ses yeux fertiles
Tâchant toujours d'y persévérer




LE POÈME GRATUIT

 le poème gratuit

ça n’existe pas

   il faut payer sa vie

sur le boulevard du crime

   – avec ou sans rime –

il faut payer son dû

   su deber son décime

à l’entrée du grand dictionnaire

   qui fait l’article

poème silencieux

   ou déclamatoire

sonnant et trébuchant

   sur quelque méprise

que l’on rature et que l’on offre

   maintenant et ici

en ce poème vraiment gratuit