LE TEXTE ET SES LECTEURS





Le texte grandit avec ses lecteurs.

Il a été écrit loin d’eux, sans penser à personne, pour ce qu’on cherche en soi d’essentiel, mais le texte achevé, sans l’épreuve d’une lecture accomplie par les autres, il reste lettre morte, un jeu solitaire et stérile.

Ainsi, merci chère Marie et cher Jean-Marie, chère Esther et cher Marcel, […] par vos lectures bienveillantes de le raviver.

AUTREMENT DIT

Je passe toute la journée à ne pas écrire, mais ici et là en lisant je recopie de brefs passages sur un carnet noir à spirales papier kraft 18×13 cm Je passe la journée dans les bois et les arbres du baron perché, vicomte pourfendu et chevalier inexistant.

Mais la nuit, le moi qui a attendu pendant qu’on était avec les autres, 2 le moi se déploie : ni ego (niego je nie l’ego), ni cogito (je ne pense pas l’être, je peins le passage 3), ni poèmes colligés des revues mortes…

Mais la nuit je tisse avec obstination et persévérance les petites pièces d’un puzzle personnel qui en dépit des apparences, n’est pas un jeu solitaire. 3

1 Italo Calvino 2 Marcel Proust 3 Montaigne 4 Georges Perec

CETTE LANGUE ÉCRITE





Cette langue écrite qui tamise, raffine, épure…
Nathalie Sarraute Les fruits d’or


Cette langue écrite qui se fraie (ou se fraye) un chemin de traverse dans le maquis du langage qui nous étouffe

Cette langue mon dieu auquel je ne crois qui dévie et jubile avec sa plume qui parle sans barguigner au papier

Cette langue écrite destinée aux lecteurs et lectrices solitaires qui la prolongent dans leur tête ou la recopient sur leurs carnets secrets

Cette langue miroir tendu par l’écrit sur cet écran qui incite les lecteurs et lectrices de passage à devenir les lecteurs d’eux-mêmes*


*Paul Ricœur


MES LECTEURS SONT MUETS





Mes lecteurs sont muets 
Muettes mes lectrices
C’est dommage

Si leurs oreilles transformaient mes mots en leurs murmures personnels
Ça nous ferait un peu de grain à moudre en commun

On ferait ensemble des barcarolles à trois temps
Embarqués dans cette douce caravelle
Évoquée par Michaux

Mais mes lecteurs se contentent d’un « j’aime »
Ou d’enregistrer en douce
Chansons ou poèmes dits
Postés ici

Ainsi plupart du temps
Bien que leur écriture
Soit ouverte à la multiplicité des sens
Poèmes passent et puis se perdent
Nonobstant qu’ils disent avec Villon
 J’en appelle...









hypnographies au recto du manuscrit « lecteurs muets »
carte manuscrite

AVEC LES YEUX DES HIBOUX NYCTALOPES (reprise du poème 2)





Je tire la couverture sur le poème deux

D’eux qui ont les yeux de hiboux nyctalopes

Invisible sous ma lampe électrique
Moi aussi cependant…je médite

Hop hop hop comme en Mai
Les genoux hauts dans une course épique
Reprise jouissivement
Par cette écriture déplacée incongrue
Hétéroclite

Bijoux genoux hiboux
Poème qui loin de valoir
Le sonnet en X
N’est pas loin de son exit

Mais même proche du néant
Il existe
Et tant pis pour ces lecteurs qui le dropent !


	

ALORS ÇA MARCHE LA POÉSIE ?

Telle une île

Ce texte

écrit au ghetto

de la Cité du Livre

en sortant

des méandres

de la nuit





Entouré de silence

Paradoxal

Imaginant les retouches

De ses deux ou trois lecteurs

Qui l’annotent

Dans leur tête





Telle une île

Mise en page

Par ses acteurs

Passant

Le pont des soupirs

Les yeux bandés

Tant leur mémoire est vive

Des odeurs et des sons

Des matières peintes

Ou jetées à la fresque





Et telle la bouche d’ombre

Balbutiant

Sous l’œil des Barbares

– Alors, ça marche la poésie ?