BLANCHE PAGE





Chaque nuit dans mon lit entouré de murs blancs, de livres et de papier à lettres, je refais, par intermittence, le monde…porté par l’incandescence, l’effervescence du dedans (le for intérieur) et l’ivresse d’une écriture clandestine…celle d’un nomade sédentaire qui dans le désert plante une nouvelle tente…montée, démontée, remontée…blanche est la nuit, blanche est la page qu’il convient chaque nuit de réinventer…

blanche page « tel quel » ce dimanche




Blanche bel et bien
blanche

On croit que c’est une nouvelle page
Mais c’est toujours la même
Que l’on farcit
De ces lignes caractéristiques
Qui flottent

Chimères ou souffle rauque
Comme le suggère le poète
d’El Desdichado

Blanche magie sur ce dimanche
Que l’on commence
-juste après minuit-
par cette page

Offerte à ceux et celles
Qui font de leurs rêves
Une seconde vie

Dimanche 26/09/2021

PETIT FORMAT PETIT PAYS









Petit format petit pays

De poésie que l’on déplie

Rimes volées aux souvenirs

Ou à un rêve chimérique

Qui te réveille te secoue

Et te laisse baba





Petit format petit pays

Tu te souviens de la chanson

La na céu bo é um estrela

La bonne étoile d’Évora

Cesaria la Capverdienne





Petit pays petit format

Un pays doux doué d’amour

Et menacé de solitude

Spleen que Baudelaire nomma

La courtoisie d’un troubadour

Un vers tissé d’incertitude

















hypnographie 4/8

CE QUI SOURD DE MA PLUME





Ce qui sourd de ma plume

plum plum tralala

Sous la brise d’un rêve

D’une histoire inachevée





Ce qui semble aller de soi

de soie et de rudesse

d’un papier cigarette

dont le filigrane glacé

entrelace mémoire et oubli





Ce qui sème les sons

Les cinq sens d’une voix

en absence

Blanche comme la nuit





Ce qui sourd ce qui semble

Ce qui sème les mots mués

en images évanouies





08/01/2021

MOTS ARRACHÉS

manuscrit avec hypnographies




Quelques mots arrachés au silence de la nuit

L’agate les corbeaux les pensées la poussière

L’enfance de Van Gogh Descartes cogitant

Ça ne mène pas loin mais ça fait exister

L’alexandrin boiteux la rime passagère

« Ça éloigne de soi » après un vieux rêve

Où l’on revoit sa grange pleine de totems

Une faux un marteau une pierre de Rosette

L’odeur du foin coupé des plumes de corneille

Échange de regards des objets au sujet

Les mots comme arrachés ont parlé dans la tête

Mais sur la page blanche ils n’ont fait que passer





02/01/20201

quelques mots arrachés

SUR MON CAHIER D’ÉCRITURE





Je mets tout à plat

Tout ce qui sort de la pénombre
Sans en faire tout un plat.

« Comme un astre éclipsé »

ajoute Baudelaire,

dans un sonnet.





Je mets tout à rêve,

les amers et les doux,

les longues nuits sans trêve,

qui grèvent et dégrèvent,

le langage qui doue

mes vers d’un doux froufrou.





Je mets tout à dire,

les Sirènes les oiseaux-lyres,

« la nuit approbatrice »,

d’un Mallarmé Phœnix,

les lèvres qui murmurent

l’amour des métaphores,

le mot « humble » qui n’a pas de rime,





Tout ce qui s’inscrit

sur mon cahier d’écriture,

avant d'aller rejoindre

la belle forme d’un livre.





sur mon cahier d’écriture

manuscrit premier jet