COUPS DE CRAYONS DANS L’EAU





Ne chantez pas la Mort, c'est un sujet morbide
Le mot seul jette un froid, aussitôt qu'il est dit
Les gens du "show-business" vous prédiront le "bide"
C'est un sujet tabou... Pour poète maudit

Jean Roger Caussimon (musique de Ferré)

Coups de crayons dans l’eau
Dans l’eau de la claire fontaine
Fontaine à côté de qui
Je meurs de soif

La grande soif du pauvre Songe
Songe où s’abreuvent les cœurs purs
Les cœurs purs de Jean Roger Caussimon

Un poète camarade
Que je chante la nuit
Dans les caveaux
Où s’balade la Mort
Qu’il ne faut pas chanter



manuscrit orné d’un dessin dorio 23/11/2021

C’ÉTAIT LE BON TEMPS DE LA VIE





Fougères d’étoiles dans la nuit des pierres
Dans l’eau le sang des azalées rougit les nénuphars
Sur terre je change des rubis en grappes de groseilles
Tout est bon à ma jonglerie

Composition à partir de poèmes brefs de Jean Orizet (1937-…) 



C’était le bon temps de la vie
Quand pour le livre de poche jeunesse
70 poètes offraient leurs bouquets
de Caprices de l’air Trésors de la terre
Paysages de l’eau Mystères du feu 1

C’était, comme il n’est pas permis, 
des bulles de savants des rimes et des vers,
Savants pour rire et pour chanter
La pluie sur les galets, le vent sur les dunes,
La fée électricité, l’encre sur les feuillets.

C’était pour les nenfants, les nymphes et pour maman
Qui d’une graine fécondée avait fait petit bout d’homme,
Femme belle comme Vénus, l’étoile des bergers et des petits Jésus,
Des Jeanne et des Marie et de tout ce que j’ai su
À l’école où l’on m’apprit à réciter Demain dès l’aube
Dame souris trotte les Effarés et les poèmes en coq à l’âne de Prévert.

C’était le bon temps de la vie 
Quand l’on croyait au Paradis
Sur terre et mer, l’air de ne pas y toucher,
L’amour de la liberté, l’égalité et la fraternité.

C’était trop beau pour être vrai
C’était avant que la terre ne souffre ses pires calamités
Que le vent souffle son CO2
Que la mer agonise
Et que les enfants crient à tue-tête
Assez ! Assez !



1	Poèmes inédits choisis par Jacques Charpentreau (1928-2016)


IL N’Y A PAS DE GRANDS POÈTES





Je crois qu’on ne peut jamais définir ex cathedra « Je suis un poète ».

Le simple fait de le dire signifie que vous ne l’êtes pas.

Michel Butor





Que de Grands Poètes de Notre Temps !
Qui n’aime pas les poètes

Les « poètes » n’ont nul besoin d’être grands
Exhibés exposés loués célébrés
Mais lus

Pour libérer nos pensées
Pour rebattre les cartes de nos désirs
Pour, nous servant de miroir, nous renvoyer à nos propres images
Pour faire de la voix humaine un arc-en-ciel d’émotions

Mais lus
Pour prolonger leurs phrases obscures
Chaos dansant 1 Ivresses pénitentes 2
Infini turbulent 3

Poète 
Hors de toute prétention
Faisant entendre 
La part cachée de l’existence :

Tout ce que l’on n’ose pas se dire,
tout ce qu’on n’arrive pas à se dire,
parce que c’est difficile à dire. 4


1 Nietzsche 2 Rimbaud 3 Michaux 4 Jean Tardieu
« le grand poète »
chanson : paroles musique interprétation jj dorio
enregistrement « brut » 05/11/2021
enregistrement studio juillet 2017 au Petit Mas à Martigues
titre du cd "C'est la vie" 
15 chansons pour 10 € ttc
commande doriojeanjacques@gmail.com

FEUILLETS D’ÉTINCELLES

Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes
Des lichens de soleil et des morves d’azur

Arthur Rimbaud (Le bateau ivre)
 

Malice des mots de l’agora
Comme le chat angora qui pelote
La mandarine d’un mandarin
Le double sens du mot hôte

Ôte-toi de mon chemin
Marin d’eau douce halluciné
Qui sans haleur laisse les traces
D’une confiture exquise aux poètes
Qui ont perdu aujourd’hui leur aura

Il est temps que le combat cesse
Des mots de gueule et de galère
Hypnos diffuse sur l’agora
Ses feuillets d’étincelles toujours inachevées

BASHÔ REVISITÉ

SAISONS


Le sanglier même
Avec toutes choses est emporté
Ouragan d’automne !

Bashô (Japon 1644-1694)


Ouragan d’automne
Le toit même de l’église
Fut emporté


Première neige
Et que n’ai-je
Du charbon à brûler


Printemps des poètes
Feuilles mortes
Font pouet pouet

Et cet été ?
Ça a été
Cigales en feu


écrit sous le mistral de Martigues
ce 22 octobre 2021