LA POÉSIE ET LES MOTS DE LA TRIBU

          
Poésie : un arc un souffle une voix
Un rien de rien un battement d’exil        
Jamais assez de ses blessures et de ses joies
De son temps qui n’est pas celui du calendrier
et ne s’inscrit sur aucun  écran d’ordinateur            
         
Elle procède par bonds et par replis
Les semelles de vent Le coude sur la table
                     
Innocente mendiante pauvre première venue
C’est pourtant l’humaine mesure
dans le monde délabré d’aujourd’hui 
            
Paroles dorées paroles timides paroles des places
où elle donne du sens aux mots de la tribu
la mort l’amour la liberté  

UNE LONGUE ÉCHARPE DE REGRETS

ÉCHARPE

Tout change et s’échange Entre les morts et les vivants

Les hommes volent avec leurs plumes de miel 

Ma femme sort de son coffre de pierre

Faisant flotter sa longue écharpe de regrets

Je la suis avec la brassée de jasmin et de chèvrefeuille

Que nous appelions nos bonheurs du jour

Les arbres du jardin ouvrent leurs yeux

Entourés par la longue écharpe de nos secrets

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

AMOUR AMOR

Je ne sais pas ce que tu sais
Tu sais je n’ai pas oublié
Les mots doux que tu me disais
La mort n’est rien la vie est tout

Tu ne sais plus ce que je sais
Cinq ans déjà que se sont éteintes
Les lumières de tes pensées
Les saveurs d’exister

La joie de nous entendre
Chanter cette rengaine
Sur le sable et la mer
Toujours recommencée

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

Je poste mon poème du jour à 3h35. Il s’intitule Amor. C’est une entrée de mon livre qui vient de paraître « un dictionnaire à part moi « . A 3h36, la fenêtre de mon blog m’informe de mon premier lecteur : il vit au Cameroun !

AUTOPORTRAIT D’UN MORT DEBOUT

La mort n’y mord

Clément Marot


Expressionniste abstrait

Lyrique réaliste

Toujours entre deux maux
pour rire

Tous mes petits secrets
ouverts à l’entropie

Synesthésique actif
Faisant de nuit
Clarté

Badin et baladin
De la farce tragique

Je suis et je ne suis pas
Ce portrait oxymorien
D’un doux vaurien

À la recherche d’un Temps
D’or et de boue

(Debout les morts !)


Je cherche l’Or du temps

André Breton



une manière de dire cet autoportrait par son auteur mort debout 14 juin 2022 03.40

CIEL BLEU CIEL NOIR

Gracias a la vida
Que me ha dado tanto
Me ha dado la risa
Y me ha dado el llanto

Violeta Parra

Merci la Vie
Qui tant me donna
Me donna Fou Rire
Et me donna Pleurs Amers

ma traduction



Le ciel est d’un bleu qui jubile
écrivit en dix-neuf cent vingt
Madame Anna de Noailles

C’était après quatre ans de guerre
Affreuse, atroce, infâme, terrible.
Un temps où par milliers
Les morts ont tué les vivants

Ce vers de la très chère amie de Marcel Proust
Que j’interprète ici
à l’inverse de la formule optimiste
comme
La mort est plus forte que l’amour

C’est ce que démontrent hélas
tous les tyrans rouges ou blancs
les autocrates les dictateurs
Et aujourd’hui l’horrible Poutine
le sacrificateur
qui tel cet obscur général franquiste
crie dans un stade rempli de figurants
Vive la mort !

Le ciel est d’un noir indélébile