J’ÉCRIS DANS LA NUIT BLANCHE AVEC LE PINCEAU DE MI FU

J'écris noir sur blanc avec beaucoup de blancs
dont j'ai besoin pour écrire un poème

J'écris sans hésiter mais si lentement
que quand je me décide j'ai éliminé
ce qui m'était venu à l'esprit d'emblée

J'écris dans la nuit blanche des poèmes
antérieurs à toute écriture
comme un chant itinérant

J'écris d'un lieu à l'autre
allongé dans le hamac ou le lit
marchant sur les Andes péruviennes

J'écris devant le lac Titicaca
et sur la pierre muette du Macchu Pichu

J'écris avec le pinceau de Mi Fu
c'est le va et vient du souffle
qui fait que le trait est gros ici
et maigre là

J'écris maigrelet des formes et des lignes esquissées
esquisitas (délicieuses)

J'écris en noir de Chine des phrases sans mots
Dessinant sans que je m'en mêle mes hypnographies





dessinant sans que je m’en mêle mes hypnographies 2/10/2022

c’est le va et vient du souffle qui fait que le trait est gros ici et maigre là

ÉCRIRE AU GALOP

AU GALOP

«  Quand j’écris au galop, je n’ose pas me relire. » Marcel Proust

                Ça s’écrit par fragments, par morceaux, désunis au premier abord.

Ça s’écrit à jets continus, uniquement la nuit.

Le jour c’est interdit.

Ça s’écrit sur de petits bouts de papier que l’on déchire ensuite à la main

et que l’on destine, imaginairement, à la lunette nommée kaléidoscope.

Ce qui nécessite – soi-dit en passant – une lecture à nulle autre pareille :

Secouez, oubliez vos tics de lecteurs ne lisant que du bout des yeux,

Et, encore mieux, prenez en main, vous aussi, votre plume,

au lieu de chercher à dormir la nuit, à tout prix.

« Ajoutez quelque part », votre fragment, votre pièce, votre ajoutage.

Il n’est pas nécessaire de vous relire…

jean jacques dorio échantillon d’une écriture au galop nuit du 26/09/2022

REVIVIFIANTE VERTU

Il y a dans notre existence des points temporels qui conservent, avec une distincte prééminence, une revivifiante vertu. William Wordsworth (1770-1850)

Pourquoi je veille en lisant, en écrivant, en dessinant, en faisant des signes au pinceau qui ressemblent à du chinois et que je nomme hypnographies ? Je veille chaque nuit pour faire des points d’étape d’une vie singulière et commune, pour conserver la capacité, me remémorant d’épisodes joyeux ou hachés de douleurs, de me revivifier, fuyant l’ego, le ressassement, le vieillissement du langage de mes années perdues.

EXERCICES D’ÉCRITURE D’UN INSENSÉ

 Je ressors du grenier une centaines de fiches de toutes les couleurs (10×21 cm), sur lesquelles jai écrit des lignes et des lignes, chaque nuit, comme un insensé. Les mots accumulés (bien que souvent venus « au compte-goutte ») étaient comme de petits dieux de passage que je suivais  innocemment : un lézard amoureux par ci, les rêves dun papillon par là, et même un trou noir photographié pour la première fois au centre de la Galaxie M 87, tout ce qui passe au fil de la plume nous faisant oublier combien il y a loin de la coupe aux lèvres. Je ressors du grenier ces fiches regorgeant détranges étrangetés, exercices tracés à la pointe dun stylo simaginant calame. Le K, lâme de cette nouvelle de Buzzati que jai faite à chaque rentrée lire à mes élèves collégiens qui lauront pour la plupart, et pour leur plus grand bien (ou mal, lhésitation est permise), oubliée. Le K animal débonnaire et porteur de la pierre dimmortalité, était pris par lenfant héros comme un monstre quil ne fallait pas approcher. Croiser et recroiser, ces obscures clartés, collages intempestifs exposés au Moma (Mona Lisa des Champs : LHOOQ), « exercices dexorcismes » à la Michaux, où lon fait halte une heure, en balbutiant quelques mantras à son papier. Une heure, où lon est successivement fourmilier aperçu dans le llano vénézuélien, lézard amoureux de Char, papillon de Tchouang Tseu, arbre qui cache la forêt de symboles abolis.

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

AU FIL DE L’ÉCRITURE

Au fil de l’écriture celle qui tient à bonne distance nos paroles en l’air Au fil d’un texte qu’il faut longtemps pour apprivoiser pendant que l’on regarde en attente des premiers mots venus des dieux sa page vierge avant de la voir telle une feuille commencer à bouger Au fil de la nuit en soi que l’on transforme en page d’écriture appuyé sur ses livres curieusement dédicacés : À Jean Jacques Dorio, ce poème de nature, sans oublier les hommes, leur furie et leur « sac de peau ? » 1 Au fil de la plume en absence de toute pression de toute lettre à envoyer d’urgence poste restante au paradis de nos disparu.e.s Au fil des mots qui cependant parfois comme par miracle parviennent à peupler la page d’un livre imprimé pour une centaine de lecteurs qu’on aimerait voir face à face et remercier un à un une à une Au fil de la saveur d’un réel inédit inutile et savoureux partagé avec les poètes couchés sur les livres scolaires et nos ami.e.s d’aujourd’hui désormais presque clandestins dans la nuit noire d’une société qui ignore leurs écrits Au fil des guillemets et des Guillemettes de nos amours d’antan et de nos futurs fragiles portés par nos petits enfants Au fil de cette écriture désordonnée ombre portée au verso d’une page qui fut en 1975 la couverture de notre premier livre de poèmes 2 publié chez l’éditeur parisien P.J. Oswald

1 Antoine Emaz 9 juin 2017 dédicace sur un exemplaire de Poème au calme (illustré par Titus Carmel)nb l’expression platonicienne « sac de peau » avec l’ébauche d’un curieux point d’interrogation  lui avait été suggéré par moi-même , car Emaz au lieu de se précipiter pour sa dédicace prit le temps, tout en roulant sa cibiche, d’échanger quelques paroles avec son dédicataire.

2 ITINÉRAIRES Jean Jacques Dorio graphismes de Claude Brugeilles

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

LÉGÈRETÉ

Léger le trait la main légère qui suit le cœur au ralenti

Le souffle presque éteint mais qui reprend
Comme un feu couvant sous la cendre

La vie oblige à maintenir la flamme vive
Fût-ce une étincelle
La flamme d’une bougie de l’espèce fabulatrice 1

Le trait léger la main qui essaie le souffle qui se maintient

La notion de capabilité

L’invention d’une écriture présente et de passage,
vulnérable, inachevée, et sans colère

Allez rien n’est meilleur à l’âme
que de faire une âme moins triste 2


1 NANCY HUSTON 2 PAUL VERLAINE

manuscrit page de gauche