GLANES

GLANES

                Chaque jour et la nuit par intermittence, je cueille ma poignée de glanes : citations (et récitations), récits de vie, mémoires des morts, étymologies des dictionnaires, phrases étirées des prosateurs  ou condensées des poètes.

                Poignée de glanes, bouquet de bagatelles et de calamités, que m’offrent aussi les journaux qui rivalisent de titres approximatifs, comme l’homme de Tzara (ex Dada), qui n’est pas le fragile marcheur de Giacometti, ni le coq déplumé lancé dans l’assemblée par Diogène le Cynique s’exclamant : -Voilà l’homme de Platon. (prenant au pied de la lettre la définition du maître de l’Académie : « l’homme est un animal bipède sans plumes »)

                Chaque nuit et le jour je libère cette énergie, antidote des modes et des « servitudes volontaires », pour redonner tout son prix à nos inestimables et vulnérables vies.

l’homme de Giacometti musée national Washington avril 2018

L’ORTOGRAFE EST UNE MANDARINE

ÉLOGE DE L’ORTOGRAFE Écrire selon l’orthographe. Pour les mots compliqués je m’y reprends souvent. Mais je n’aime pas raturer. Alors je laisse les erreurs premières, qui ne sont jamais « fautes », et je fais des lignes d’écolier pour peu à peu corriger cette orthographe que d’autres parmi les lettrés abhorrent. Je n’ignore ni le jour funeste, le lundi 8 mai 1673, où les académiciens prirent la décision d’adopter une orthographe unique, ni le florilège d’incohérences orthographiques qui fait le délice des linguistes pervers. Je sais bien que les poules du couvent ne couvent que des œufs sans germes et que l’abbaye regorge de jeunes cobayes novices, mais quand même, un brin malicieux, je continue à lire et à tirer pour mon petit-fils, les fils des aventures de Petit Ours Brun.        Enfin bonne pâte j’utilise ma patte pour tracer à nouveau à la bombe de peinture rouge ce slogan jouissif  de mai 68 : l’Ortografe est une mandarine !

un collage d’avant le déluge

QUELQUES LUMIÈRES DANS LA NUIT DU 22 OCTOBRE 2022

QUELQUES LUMIÈRES DANS LA NUIT Il est deux heures pile ce deux octobre 2022 Que de deux ! C’est un dimanche de la vie le seul qu’il me sera donné de vivre cet unique deux octobre deux mille vingt-deux, autant mettre tous les atouts de mon côté pour bien l’apprécier Un peu d’insomnie n’est pas inutile pour apprécier le sommeil écrit le narrateur de « la Recherche »Il est deux heures quatorze « les quatorze chemins du chemin de la croix » lit_-on dans la faute de l’abbé Mouret Il est 2h22…les flics ! Wikipédia relève 15 hypothèses sur l’origine de l’expression Il est 2h34 numéro du département de l’Hérault préfecture Béziers où les cathares biterrois réfugiés dans la cathédrale Saint Nazaire furent passés au fil de l’épée par les « saigneurs » de France conduisant la Croisade contre nos bonshommes et bonnes femmes rebaptisés par l’ennemi « hérétiques » » Tuez-les tous Dieu reconnaîtra les siens  charmante injonction de nos doux chrétiens Il est 2h40 mais qui donc dit ? et où ? et quand ? je m’en moque comme de l’an quarante ! Il est 2 heures 45 1945 mon année de naissance et celle de Nick Mason (batteur des Pink Floyd) Gilles Servat auteur compositeur interprète breton (La voilà la blanche hermine Vive la mouette et l’ajonc) Bob Marley (roi du reggae) Gérard Lenorman (Nous irons tous au paradis) Dany Cohn-Bendit (Nous sommes tous des juifs allemands) né le jour-même où Martin Luther King fut assassiné à Memphis Keith Jarret (pianiste phénoménal) Annie Chancel plus connue sous le nom de Sheila lala Noël Godin(l’entarteur de célébrités) et moi et moi et moi 2H59  encore une minute monsieur le marchand de sable, une minute de silence pour boucler cette heure où l’on essaya de projeter quelque lumière en cette nuit unique de ce dimanche deux octobre mille deux cent vingte deux

un peu d’insomnie n’est pas inutile pour faire un dessin comme sous hypnose

J’ÉCRIS DANS LA NUIT BLANCHE AVEC LE PINCEAU DE MI FU

J'écris noir sur blanc avec beaucoup de blancs
dont j'ai besoin pour écrire un poème

J'écris sans hésiter mais si lentement
que quand je me décide j'ai éliminé
ce qui m'était venu à l'esprit d'emblée

J'écris dans la nuit blanche des poèmes
antérieurs à toute écriture
comme un chant itinérant

J'écris d'un lieu à l'autre
allongé dans le hamac ou le lit
marchant sur les Andes péruviennes

J'écris devant le lac Titicaca
et sur la pierre muette du Macchu Pichu

J'écris avec le pinceau de Mi Fu
c'est le va et vient du souffle
qui fait que le trait est gros ici
et maigre là

J'écris maigrelet des formes et des lignes esquissées
esquisitas (délicieuses)

J'écris en noir de Chine des phrases sans mots
Dessinant sans que je m'en mêle mes hypnographies





dessinant sans que je m’en mêle mes hypnographies 2/10/2022

c’est le va et vient du souffle qui fait que le trait est gros ici et maigre là

UN POÈME À LIRE LES YEUX FERMÉS

J'écris comme un délire ce vers à goût de nuit
Puis cet autre oubliant sur ma lyre qui je suis

J'écris ce poème désuet sans attrait
dans le désert
Sans mes absents et mon absente
à grands traits

J'écris avec mon nouveau stylo Stabilo
(pour surfaces lisses, papier, verre, métal)

J'écris par intermittence mais sans ratures
Une présence qui essaie d'oublier toute littérature

J'écris en feuilletant des livres, en général
Ô lit heureux l'unique secrétaire de mon plaisir*

Et j'écris en particulier sur des livres que personne plus ne lit
à part ceux et celles qui côtoient des rimes à n'en plus finir

J'écris à voix basse ou de cette voix sans personne
qu'affectionnent les poètes qui privilégient la mise en page

J'écris cette quinzième ligne qui atteint la limite
de ce poème à lire...les yeux fermés

*Rémi Belleau (1528-1577)



une voix féminine sans personne lit ce poème à écouter les yeux fermés