C’EST QUOI L’ÉTERNITÉ

instantané écrit « tel quel »




sept septembre

-elle est retrouvée 
-quoi ? – l’éternité
c’est la mer allée
avec le soleil

Rimbaud

toujours du même poste
assis sur un tapis d’aiguilles de pin
en surplomb de la mer
donnant sur la passe
avec en vigie le Fort de Bouc

toujours dans cet exercice de tentative
d’oubli du « je »

je vois pourtant pour la première fois
le bateau des marins-pompiers 
faire une manœuvre au large
envoyant un jet irisé par le soleil
en allé dans mare nostrum

l’éternité selon Rimbaud
et Bébel alias Pierrot le Fou
dont le dernier bâton de dynamite
vient d’exploser son crâne

fip jazz
Michel Godard
Princess Song



LES RÊVES ET L’ÉTERNITÉ





Les rêves mesurent mon éternité
Toujours sur le départ

Rêves sueños dreams
Révolutions logiques

Les rêves lèvres des rêveries
Sur des livres exhibant
Des portraits de Nadar

Les rêves usés de l'analyste
Et des porteurs de valises

Les rêves de pavanes
pour l'infante défunte

Les rêves de Peau d'Âne
Du conte à la magie du ciné

Les rêves en filigrane
Sur le grain du papier

Les rêves pour conclure
Ce pacte avec l'éternité


TEMPS PERDU ET RETROUVÉ





Perdu puis retrouvé

Une question de Temps

chez Marcel Proust

qui déploie nuit après nuit

cette âme humaine dont une des lois,

 fortifiée par les afflux inopinés de souvenirs différents,

 est l’intermittence…





Question d’annonce dans le journal

ou le quartier :

Chien perdu sans collier

Appelez le 06 00 00 00

Si vous l’avez retrouvé





Pain perdu et dont le goût redoré

par un mélange d’œufs et de lait

Nous fait remémorer

ces quatre vers appris sur un coin de table

Alors que Mère nous régalait

de ce mets goûteux :





Elle est retrouvée

Quoi ? L’éternité

C’est la mer allée

Avec le soleil





A.Rimbaud

hypnographies Dorio 6/8

FRAGMENT D’ÉTERNITÉ





Peut-être que…effectivement,

comme le suggère

le professeur Bayard*,

en écrivant

ces quelques braises d’imaginaire,

suis-je en train de plagier

(par anticipation),

Quelque poète futur

Qui dans cent ans

Viendra en aide à cette page

Où s’ébauche

la démarche hésitante

d’un fragment d’éternité





*Pierre Bayard Le plagiat par anticipation

DES SIRÈNES À VAPEUR RAUQUES





L’œil voit l’image

L’oreille écoute le vers





Est-ce que ça te parle ?

En tout cas ça a de la gueule

Et puis c’est réversible





C’est l’excédent que produisent

des sirènes à vapeur rauques comme des huées





On est loin du marché bric à brac

de la poésie





L’œil voit le vers

et le rouge

L’oreille écoute l’image

du temps perdu

et retrouvé





Cette mer allée

avec le soleil





italiques

Blaise Cendrars (Pâques à New York) 1912

Arthur Rimbaud





JJD 28/09/2020