ÉPOUSAILLES

L’HOMME AUX YEUX DE LUNE épousa la femme aux joues d’écorces vives manteau de mots cortex d’anguille la femme aux yeux de source épousa l’homme à la barbe de buse qui chantait des péans que plus personne n’était en mesure d’entendre à l’exception de la femme au front ivre de sens qui forgeait des masques de neige et d’or haletant l’homme l’on s’en doutait était aussi cette femme Phébus qui brûle ses vaisseaux au grand bal de la Rhétorique lumen épouse Oculus brillant de l’œil lueur du regard force et faiblesse de la poésie dont le chatoiement dépend de la traversée circulaire incessante des signes  il ne faut pas que le poème soit couvert d’yeux au risque de mutiler le corps entier qui boit avidement l’aurore des paroles 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :