NE ME LAISSEZ PAS SANS NOUVELLES





Je vais voir ailleurs si j’y suis

Ci-gît le long détour de tout poème

Je vais voir le champ de marguerites

et le tombeau de Suzanne ma mère

Je vais tracer le sillon que mon père

destinait au blé au maïs à la luzerne

Il est tard c’est la nuit noire

C’est ainsi que j’écris le mieux

L’œil circule parmi les lavandes

Des lettres dont vous n’avez aucune idée

Mais si vous m’avez lu étonné(e)

Ailleurs sur le pas de votre porte

à la fenêtre de votre vie constellée

Ne me laissez pas sans nouvelles

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. comme c’est difficile
    parfois de dire des nouvelles
    avec sur les épaules
    le poids du jour
    et la nuit allège-t-elle
    quelque chose?
    on n’en sait rien
    ce qu’il y a de nouveau
    c’est la vie encore
    et encore qui pulse
    dans le cœur
    mais c’est aussi
    une rengaine ancienne

    J’aime

    1. Le jour au jour
      et
      la nuit à la nuit

      Robert Desnos

      De la nuit je ferai un livre – de « liber » pellicule située entre le bois et l’écorce –
      De la nuit je ferai une écorce irréfléchie déployée autour du minuit de toute chose : mimographie, sismographie.

      (poème pour demain)

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :