AU BOUT DU CONTE


Au for de soi-même
-« for intérieur » comme on dit-
C’est fort de café
Ou un pauvre faible signal
Solitaire et glacé

C’est comme la croix d’un chemin borgésien
dans l’invisible labyrinthe du Temps

For intérieur sans issue
S’il n’a pas pour horizon
L’écriture d’un texte
Qu’une lectrice (un lecteur)
sur cent 
Reprend (reprise) à sa manière
Pour en faire son miel

(au bout du conte)


18 mai 2022

« une voix sans personne »
manuscrit orné d’hypnographies (détail)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :