DIX POÈTES HORS COMMERCE

Le poète ne rêve pas, il traduit ses rêves, il se situe. Il se définit par rapport aux mondes. 
Celui dans lequel il se trouve par hasard, et ceux qu’il découvre : le monde qu’il subit et celui qu’il désire.

Claude Michel Cluny
Cent poèmes pour ailleurs
Edition Orphée La Différence
(1991)


Les poètes qui publient leurs plaquettes « hors commerce »
Font la Différence
Ailleurs toujours ailleurs :

Dans les prairies lyriques
Les trains mouillés qui passent dans les champs
Les villes volantes
Ou à Harlem 
la vision de cette admirable bambochade qui résume l’école flamande

Et dans un autre registre les voilà revenant des îles de Lérins
Des rêves d’eucalyptus et de cistes en tête
Ou bien dans un bureau d’armateur
Ils regardent mélancoliquement 
La neige tomber sur Shangaï

Poètes hors commerce des éditions Orphée
Noyés dans des bars d’après-midi
De Stockholm à Philadelphie
Concevant sur leur page 
Les phoques gras comme des métaphores
Ou bien encore
Rose sur rose, la Venise du matin toute en pointe de seins

Et moi et moi, comme un Chinois, me voilà feuilletant cette anthologie disparue,
Assis sur une panne, oyant le clapotis de la mer sur les barques pointues,
Dans le port de Carro où habite, m'a t'on dit, le poète André Ughetto.


Dans l’ordre d’apparition des citations : Guillaume Apollinaire, Henry Bataille, Marcel Béalu, Aloysius Bertrand, Daniel Biga, Louis Brauquier, Bernard Delvaille, Luc Durtain, René Guilleré…



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :