PSYCHANAZOUILLIS (un dictionnaire à part moi)

PSYCHANAZOUILLIS

Jamais je n’eus l’envie de me coucher sur un divan pour raconter ma vie
C’était pourtant plutôt mode « à mon époque » comme l’on dit

Se coucher zyeux au plafond avec un type derrière soi qui ne dit mot
mais qui consent à prendre un gros billet après la séanc’ ? Non merci

Moi raconter ma vie c’était rien de pesant
mais j’aimais dialoguer et j’aimais mes parents

Et puis tout le jargon « condensations transferts »
toutes ces associations qu’aiment les psychanazouillis
je les réservais à mes poésies

Un demi-siècle après qui l’eût cru ? J’ai conservé cette manie

Je parle au papier comme au premier venu*
Et ce sont mille voix Qui me traversent la nuit

*Michel de Montaigne

Un dictionnaire à part moi 
Jean Jacques Dorio
Les Editions du Net

222  "entrées" 189 pages 16 €
commandez-le chez votre libraire
ou chez l'éditeur, à la Fnac, Placedeslibraires, etc

Merci mille et une fois
JJD

TROIS LECTEURS PREMIERS FAISANT GRANDIR LE LIVRE

Des fragments autobio-sémantiques, un abécédaire singulier où le plaisir de l'écriture ne nous quitte pas. On déambule aux détours des lettres et des mots et on découvre des alcôves lyriques, géographiques et poétiques. Prose ou poésie ? Abécédaire ou Autobiographie ? Provence ou Ariège? Tout n'est qu'hybridité pour le plus grand plaisir du lecteur.  Camille

Les mots de cet abécédaire fourmillent, papillonnent, s’éparpillent et l’on ne saurait plus où donner de la tête si ces fils n’étaient réunis dans une fantastique toile / palimpseste par ce poète mué en araignée rien moins que besogneuse. On aimerait citer ici le beau mot de passementerie qui constitue une entrée de ce dictionnaire et dit à lui seul le tissage du texte, passementerie sans menterie aucune ou alors un mentir-vrai qui ne se départit jamais de sa fraicheur. Le passé et le présent se faufilent avec grâce. André

Sous une forme originale alternant des entées en prose et en vers, le « Dictionnaire à part moi » de Jean Jacques Dorio nous offre de savoureuses tranches de vie. Son écriture malicieuse est aussi empreinte de tendresse et de nostalgie : nous passons du rire aux larmes, et le suivons avec intérêt dans toutes les étapes - parfois fort romanesques ! - de sa vie. Qui aurait cru que l’ordre alphabétique pût si bien révéler toute la complexité d’une existence ? Pauline




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :