PUR POÈME

PUR POÈME unique singulier éphémère

Une nuit à Martigues sur ma planche à repasser les Colorados

Et les peintures de sable des Navajos

Éveillé seul

Aux portes du poème que l’on voit naître ligne à ligne en cette feuille

Éphémère

Une nuit où l’arc-en-ciel descend du fleuve ardent des paysages

Quand une parcelle de beauté vous apparaît

Au seuil du poème que l’on entend avec ses yeux

Une nuit diadème de roses

Lentement

Comme l’on défait une à une les brindilles de sa couronne d’épines

Au-delà des murmures et des vertiges de l’œil et de l’oreille interne

Avec sa pointe sèche qui dans le noir a rayé le cuivre du mystère

Traces dissimulées dans le souffle d’un poème

Unique et singulier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :