POÈME PIANO

Les cloches sonnent sans raison
Et nous aussi…
Tzara  (L’homme approximatif)
     
Poème piano
c’est idiot
mais c’est ainsi
  
Il fleurit
au fur et à mesure
de l’écoute
d’une pièce jazzée
qui secoue le clavier
  
Les sons et les mots
se touchent

On ne sait
où s’arrêter
On ne sait pourquoi
le jeu de piano
produit ces fééries
  
Cordes frappées
Marteau sans maître
Crevant la raison
  
Posée sur le piano
Fume une Craven A   
 
Ça date
Ça coule
et ça syncope
  
Un pur régal
Signifiant
Ce moment-ci
Qui sonne sans raison…
et Nous aussi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :