LE MALADE RIT COMME UN BOSSU

Proust était malade à en crever mais pour l’oublier il tapait toutes les nuits sur le tambour de phrases qui n’en finissaient pas Puis sans crier gare il entendait la vie qui dehors à l’aurore reprenait Alors il posait plumes et encrier et appelait Céleste Il lui disait l’œil malicieux Céleste j’ai une grande nouvelle à vous annoncer Cette nuit après avoir trouvé le fin mot j’ai écrit le mot FIN Et ils riaient tous les deux comme des bossus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :