COMME UN BOUQUET FINAL

Cela s’est passé diront un jour ceux et celles qui liront mes carnets de nuit Cela s’est passé et ne s’est pas passé Cela s’est passé jeté sur le papier sans souci d’être lu : bouillons de rivière brouillons hâtifs brouillages de passages venus sans crier gare sous la pointe du stylo sans repentirs Cela s’est passé Cela est venu Cela a bifurqué de parades en paronymes d’oboles en paraboles de paroles soufflées en paroles retenues dans l’oreille en secret Cela c’est aussi le passé simple et le passé composé la nuit blanche et la nuit transfigurée le je comme moi et le je comme un autre Cela c’est la neige qui noircit ma page et c’est le repiquage de poèmes absents de toute anthologie Cela c’est comme on dit des feux d’artifice une sorte de bouquet final

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :