MISE EN LIGNE D’UN POÈME

Je prends le crayon dans la cheminée

Je pends l’inspiration  à la crémaillère

Je prends un temps infini pour peser chaque vers

Ou tout au contraire je fais dans le burlesque

Et l’abracadabrantesque

Je prends patience sous le fouet cruel de l’Histoire

Et en fin de « conte » je prends la voix des airs

La voie libre des poèmes que l’on écrit par cœur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :