FANTAISIE EN SEPT SYLLABES

Je compte encor mes syllabes 
Je compte sur mes doigts sept
Sept coqs et sept poules grises
Ça fait quatorze bestioles 
Sur un tas de fumier chaud
Chaud chaud les marrons glacés 
L’alcool et les rimes folles
Les cheveux noirs et qui frisent
Moby Dick le cétacé 
Baleine blanche narval
Dans le polar de Melville 
Le défi du vieil Achab
La mort du dormeur du val
La fin des heptasyllabes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :