UNE ÉTINCELLE D’ÉTERNITÉ

MON ÉTINCELLE D’ÉTERNITÉ

J’offre aux morts dans mon âme en proie au choc des vents

Leur souvenir accru de l’oubli des vivants

Victor Hugo

Tu es désormais cette étoile morte depuis dix mille ans, mais qui éclaire toujours comme aux plus beaux jours. Cette nuit, je te lis Hugo, en buvant du lait chaud avec un peu de miel. Tu t’appelles Léopoldine Étincelle d’Éternité.

Un complément à Poèmes à ma morte L’Harmattan (2017)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :