UNE PAGE INACHEVÉE

       
éloge de la digression - arte del extravio -
tout un art en effet
qui vient au moment où
on ne l'attendait pas

cette page comme une onde
s'écrit dans son hamac
au rythme de son balancement
et de notes écrites dans les marges

une manière de laisser trace
d'un instant particulier
quand 999 lecteurs sur mille
font silence

nous on est ce millième
qui en rajoute qui en raffole
sans savoir pourquoi

ni glose universitaire
ni tâche rétribuée
ni référence à notre livre picoré

la plupart du temps d'ailleurs
on laisse ainsi sa page
inachevée












Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :