SOMOS EL PODER Y PUNTO !

UN DICTIONNAIRE À PART SOI




J’ai un dictionnaire à part moi.

Montaigne

On peut continuer à tout temps l’étude, non pas l’écolage : la sotte chose qu’un vieillard abécédaire.

(le même)

Voilà pourquoi ce dictionnaire à part soi n’obéira pas à l’ordre abécédaire.

Quant au remplacement du « moi » par le « soi », il marque le passage du « moi seul », au « soi-même comme un autre » selon la savoureuse expression développée en dix études par le philosophe Paul Ricœur.

Le même affirmait que le plus court chemin de soi à soi passe par autrui.

Les articles ci-dessous en acceptent la gageure.





MÉNINGES

J’ai quelquefois entendu ma mère dire : au moins lui, il se fatigue pas les méninges. Avec une pointe de médisance. Mais c’était pas le genre de la maison. Pour les langues de vipères, voire de putes, écoutez la chanson idoine d’Anne Sylvestre. Elle est sans pareille pour les agiter. Même si ça vous rebute.

CROIRE

mais sans trop chercher à quoi, ajoute un ancien coco, venu au parti pour le concept. On croit rêver, tant cet auteur, nous ravit par sa subtilité, sa distance, son bonheur de lecteur insatiable. Bref, tout le contraire d’un secrétaire général du parti communiste français croyant jusqu’à son dernier souffle, qu’un jour la dictature du prolétariat installerait le bonheur sur Terre, il n’ajoutait pas cependant…et au Ciel !

AUTOFICTION

Je lis que ce serait un général russe, un certain Doubrosky, qui inventa le terme en chassant Napoléon de la Russie. Mais ce n’est peut-être qu’une « fiction d’évènements et de faits strictement réels ». Mazette !

SOLDAT

Je n’ai jamais joué avec des soldats de plomb dans mon enfance, c’eût été sans doute faire injure à mon père dont le père fut tué, comme un moineau, dès l’automne 1914, ainsi que deux de ses frères. On leur avait promis de revenir pour les vendanges après avoir maté le boche. Les raisins ont pourri sur pied.

Et soldat moi-même, jamais je ne le fus. Je profitai de cette chance de remplacer le maniement des armes par le maniement de la langue de Molière, que j’allai enseigner pendant ma Coopé(ration), au Venezuela, de l’automne 68 – j’ai évité ainsi la gueule de bois après la fête de notre mai avec son M majuscule – au printemps 70. J’enseignai notre langue dans une école primaire privée 1° choix, avec un couple de paresseux- les animaux- que l’on voyait dans un palmier et qui était destiné à rendre plus calme les enfants, j’enseignai à l’Institut, à l’école normale d’instituteurs, – ce qui dit en passant me faisait traverser souvent la ville dans ses taxis collectifs toujours riches en contact avec la radio diffusant la salsa « à mort » – et enfin j’eus une expérience, hélas trop courte, en faisant cours à la fac d’Architecture. Au bout d’une semaine les étudiants voulant nous imiter, « mirent le feu » à l’Université, envahirent mon amphi et ornèrent le tableau d’un slogan que je revois encore : SOMOS EL PODER Y PUNTO !


	

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Bonjour Jean-Jacques‌, Depuis un moment je me disais que je n’avais plus le mode d’emploi de la poésie dans ma boîte aux lettres. Et, ô surprise, en ouvrant l’ordinateur qu’utilise ma femme, je constate qu’il y a une multitude de courriels adressés à SFR alors que nous avons rompu avec cet opérateur et que nous fonctionnons maintenant avec Orange.  Par quel mystère ? Je ne sais pas. Bref, je viens de m’apercevoir que je continue d’avoir de tes nouvelles.  En ces temps de confinement, je ne vais pas tenter d’éclaircir le phénomène (boutique fermée bien sûr). Le numérique a de ces secrets auxquels je ne suis pas initié. J’en profite donc pour te redire que notre nouvelle adresse est la suivante : jeanlouis.rambour52@gmail.com Tu peux effacer celle de SFR. Et pour te dire merci pour le petit texte que mon Alfred t’a inspiré. J’espère que cette lecture saura retenir ton attention et que tu en tireras du plaisir. Alfred boira un coup à ta santé mais, situation oblige, je vais le restreindre sur ce point. Un peu de gel hydroalcoolique devra lui suffire.  Porte-toi bien, Jean-Jacques. Prends soin de toi. Je t’embrasse dans un message garanti sans virus. Jean-Louis

    J'aime

  2. Merci pour ce message sauvé du labyrinthe de l’internet Je vais illico m’asseoir à côté du grand Hugo tiré par le cabriolet de ton « Cocher Poète » et deviser avec lui de la meilleure manière de faire sonner ton œuvre romancé

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :