DIRE thé des écrivains, conférence et bavarderies.

manuscrit un peu pâle son décryptage est en cours
Dire. 
Dire que celui qui écrit ne sait pas ce qu'il va dire.

Dire qu'il prend soin de l'écrire.

Dire que ce beau papier chiffon et coloré fut acheté,
avec celle, qui aurait tant aimé lire cette page,
dans une boutique qui s'appelait
le thé des écrivains.

Dire que je n'ai jamais pris le thé avec un écrivain,
une écrivaine, ni d'ailleurs,
un enfant de la balle, qui lit sous chapiteau
de petits textes, à livre ouvert.

Dire, que pas plus tard qu'hier, je relisais,
dans mon jardin d'été,
ce merveilleux poème d'un auteur de l'Inde du XII° siècle,
que nous vîmes un soir au Cloître des Carmes,
en Avignon,
adapté par Jean-Claude Carrière
et mis en scène par son ami Peter Brook.

Dire qu'il s'agit de La conférence des oiseaux,
et d'une Huppe qui les entraîne à la catastrophe.

Dire que souvent je mettais mes élèves collégiens
en présence du Conte du merle blanc,
pour le lire et le réinventer.

Dire qu'en si peu de temps,
j'ai épuisé ma page
de mes bavarderies.


12/07/2020




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :