DOUZE PETITS ÉCRITS EN VERS LIBRES





ARDOISE

L’éponge ronde sur l’ardoise

effaçait ton calcul mental

Les craies crissaient

dans notre maison d’école

ouverte à tous les vents





BÂTON

Sur la mi-nuit

Tu remues le bâton d’écriture

Tu vois l’une après l’autre

Les lettres en silence

Tomber

Comme les fleurs

De  ton amandier





CALCULS

Tu te perds

Dans ces poèmes qui n’en finissent pas

Tu commences et tu hésites

Les calculs c’est pas bon

Pour l’imagination





CARTE POSTALE

Ce que tu crois

Tu ne le sais qu’en l’écrivant

Sur une carte postale

Aux abonnés absents





CHAT

Tu te promènes sur tes pages

Comme le chat dans la cervelle

De Baudelaire

Dont on fit un procès

Pour ses fleurs « absentes de tout bouquet »





CHIFFRES

Les chiffres avec leurs caractères rouges

Te disent qu’il est cinq heures

Ça te fait une belle jambe d’écriture !





ENFANT AUX POÈMES

Tu te sers des poèmes

Comme d’un élixir

Leurs images leurs ellipses

Et surtout tu apprécies leurs

Enjambements. Mais tu le sais

Tout ça c’est d’un autre temps

Celui d’une poésie éprouvée

Dès l’école. Tu y récitais

Le dormeur du val où chante

Une rivière Les colchiques

Et L’enfant au tambour de Follain.





NAISSANCE

Tu te souviens de la nuit où bébé tu sortis de l’eau du bain

Tu te souviens du 24 mars 1945

Tu te souviens de la roue à aubes de l’ancien moulin

Que tu habitas trente ans après

Actionnée par un torrent venu du Mont Né

Tu te souviens de sa musique à la fonte des neiges

Comme d’une renaissance

Qui n’en finit pas





NON-PHRASES

Lancées d’un seul jet

et sans point ni virgule

C’est ainsi que tu écris

Ces non-phrases sautant

D’un vers à l’autre

Au risque de t’y noyer





SECRETS

Tu n’as ni royaume

Ni cheval

Mais cet oiseau

À bec de plume

Qui vient la nuit

Te visiter

Te murmurant

Ses secrets





SOUFRE

Tu as les mains pleines

Du soufre de tes amours jaunes

Et si tu souffres

Tu feins d’abandonner

Cette homonymie

Au dictionnaire

Et à Corbière

Le pauvre Tristan





TOAST

Tu portes un toast à tes poèmes

C’est le dernier d’une série folle

Qui a chatouillé tes heures et tes neurones

À Martigues Bouches du Rhône





12/03/2021

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :