POÈMES DE MARS EN VERS COMPTÉS









T’ES ROCK COCO

Disyllabes mars2021             

Miroirs Mouroirs Mélanges Des morts Vivants Des glanes Des fils Tendus Tramés Baroques

T’es rock Coco

Miroirs Beauté Kallos Cosmos Ordre et Beauté Le chat Botté De vair De vers Passés De mode Chienlit

Sorbonne Le doigt M’a dit Pensée Sauvage Bénie





POÈMES DE COVID EN RÉA POÉTIQUE

Trisyllabes mars 2020

Tout oublier phrases cul par-dessus gentillesse tout ouvrir à ton bic laissé seul sur la page Mon hôtesse tout futur enjambant passerelle au-dessus de l’abîme Tout connaître du regard des mourant.e.s à la douane du grand soir Tout écrire en réa poétique des poèmes de Covid des patient.e.s aimables qui sourient avant de trépasser Tout ainsi qui passa





DANS LE JARDIN ADO DE L’OULIPO

Tétrasyllabes mars 2019

Tétrasyllabes Du mois de mars Faut être fou Pour s’y adonner Ou bien avoir L’amour des mots

Vain passe-temps Des jours des nuits Des traversées Du sec désert Du cœur détruit

Tétrasyllabes Un deux trois quatre Savoir léger La main me guide À l’aventure Libre plaisir Sans la mémoire Je suis un autre Dans le jardin Adolescent De l’Oulipo

Tétrasyllabes Sans invectives Sans directives Dans l’insouciance D’une chanson Qui perd le fil

De ligne en ligne Qui vit de mots Qui meurt de rire





AU HASARD BALTAZAR

pentasyllabes mars 2018

Au hasard Balta Zar az-zahr le dé Laissons-le rouler S’égarer en ligne Monter sur la barge De ces poésies

Que personne plus Ne lit mais quand même On ne sait jamais Ça peut revenir Et sans barguigner

Au hasard d’un blog De pure utopie Où tout ce bazar De mots et de choses Graines d’ellébore Purgent Fantaisie

Au hasard balta Zar sur le bristol Un mot à l’endroit Deux mots à l’envers Cachés dans la coulisse Les secrets discrets Des faiseurs de vers Arlequins d’amours Splendides rêvées Douces Arlésiennes Mortes aux Alyscamps

Az-zhar azahar Fleurs de l’oranger Vont au vent léger

BRISEZ LES CADES AVANT QUE LES CADRES NE VOUS BRISENT

Gaston Bachelard

Hexasyllabes mars 2019





Un Mars et ça repart Mois nouvel d’un poème Ni tout à fait le même Ni tout à fait un autre

Babil babel soleil Naissant Quand l’alouette De joie s’oublie au rai Puis plombée va tomber

Les faux beaux jours ont fui O ma chère pauvre âme On dirait du Verlaine Mais c’est du seul Dorio

Profitez de chansons Quand Amour est présent Profitez de la pomme Jusqu’au dernier pépin

La première mésange Joue sur l’abricotier La vie est éphémère On n’y voit que du bleu

Saison des fleurs concrètes On étire le hamac Pour jouir de leurs blancs Où pointe rouge vif Le jaune des amours Du mimosa en boule Nostalgie du présent Houle du corps ballant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :