J’ÉCRIS opus 4





J’écris sur la cendre des sons et des lettres
Qui firent le miel de mes ancêtres

J’écris en présence des archives des joutes de poésie
Où la parole sort par pression en vers et proses mêlés

J’écris  sur la corne du buffle et la peau du taureau
Sur l’argile des mythologies et l’errance des étymologies


J’écris en m’endormant sur l’herbe folle
d'un petit val qui mousse de rayons
(je ne peux m’empêcher d’y accrocher
comme un mantra ma mémoire)

J’écris au feutre noir (ou rouge c’est selon)
Sur des tracts, des circulaires, des bulletins de salaire,
Des feuilles d’analyse du sang
Sanguine joli fruit la pointe de ton sein


J’écris sur le vierge le vivace et le bel aujourd’hui
Sur lequel l’aube naissante
J’appose mon blanc-seing



Italiques Rimbaud Prévert Mallarmé





 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :