POUR FAIRE DE MON ROMAN UNE ŒUVRE D’ART OUBLIEZ SON TITRE 50, 51, 52





cinquante

UN ARTISTE DE LA CITATION  doit savoir trouver en elles des solutions pour toutes les circonstances

de sa vie. Et, en particulier, durant ces moments où il écrit des pages et des pages d’essais, de romans, de récits, de poèmes ou de rien du tout d’identifiable.

Ce sont nos arts d’échouage, où l’on se tient à ras du sol, pour avoir, en nos moments où l’on ne sait plus

bien qui l’on est, la sensation de survivre.

« Artista citador », je me laisse guider dans ta langue tras los montes, qui m’indique cette nuit comment être en paix avec nos morts. « Tener un encuentro a pie de tumba y en sigiloso monólogo poder decirles, con cariño, lo que tendría que haberles dicho en vida. »

(Rencontrer nos morts au pied de leurs tombes, pour, en toute discrétion, pouvoir leur dire, affectueusement, ce qu’on aurait dû leur dire de leur vivant ». (ma traduction)

italiques Enrique Vila-Matas (Esta bruma insensata)





cinquante-et-un

JE N’AI JAMAIS ÉT֤É UN FAN DE L’ESPRIT DE L’ESCALIER et d’ailleurs je serais bien en peine d’expliquer à un enfant de quoi il s’agit. Dernièrement me trouvant au Moma devant la mariée descendant l’escalier, j’ai lu, sur le cartel attenant au célèbre tableau, les recommandations du maître du Ready Made : pour faire de mon tableau une œuvre d’art oubliez son titre. Et entre parenthèse suivait la phrase fatidique : (à moins que vous n’ayez l’esprit de l’escalier.)

Quand je sortis du Museum of Modern Art, je pris un bus à étage, comme par défi, qui me conduisit vers Times Square, où cent mariées planant au-dessus d’un escalier me sautèrent aux yeux.





cinquante-deux

ÇA DEVAIT ARRIVER, les Exercices de style du bon Queneau, utilisés comme matériau de remploi, cent ans plus tard, par un romancier en manque de métalepses. Voilà donc que le type au long cou, « chapeau mou avec cordon remplaçant le ruban », descend de la plate-forme de l’autobus S, et se fait tout de go, écrabouiller par un tramway venant en sens inverse.

Il paraît que c’est arrivé à l’architecte de la Sagrada Familia, un jour qu’il rêvait, plans en main, devant son édifice, en construction perpétuelle. Mais, le récit se corse, quand on apprend que la victime se relève et proteste devant cette fin non prévu dans le cahier des charges de notre romancier Oulipien.

D’où la métalepse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :