SONNET SUR LE MINUIT LUGUBRE





« Bien que ta tête, - lui dis-je, - soit sans huppe et sans cimier, tu n’es certes pas un poltron, lugubre et ancien corbeau, voyageur parti des rivages de la nuit. Dis-moi quel est ton nom seigneurial aux rivages de la Nuit plutonienne ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »   Le corbeau Edgar Alan Poe traduit par Baudelaire 


Sur la ligne de rhumb
Vertige circulaire
Rimes errantes
Sur la noire aire

Au vent affetuoso
Des runes et des fuseaux
Sur la ligne du rhombe
Qui fait tourner le monde

La peau du monde de l'homme méditant
Sur le minuit lugubre
Ses fleurs du mal qu’il élucubre

À son bal tournoyant
Pour prendre soin de sa Muse
Voluptueusement  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :