LISTE D’IMAGES qui flattent certains poètes et qui sont insupportables à d’autres 





LISTE D’IMAGES qui flattent certains poètes et qui sont insupportables à d’autres :

Le prince des nuées (le poète albatros), l’idiot (le poète du village), l’agent de transmission (le poète petit télégraphiste), le juste souffrant (le poète en prison), le vendeur de sardines (le poète du Vieux Port), le génie (le poète « du rien sonore » selon Victor H.), le catho (le poète s’adressant à Dieu exclusivement), le faiseur de vers (le poète dans sa tombe), l’enchanteur (le poète Merlin), le chanteur (le poète de la ville de Sète), le charmeur (le poète de la même cité quand on l’orthographiait Cette), le clair énonciateur (le poète boit l’eau), l’antimoderne (le poète ayant troqué sa chemise rouge en chemise noire), l’artiste des faubourgs (le poète des vernissages du samedi soir), le secouriste (le poète qui vient au secours des lecteurs de Céline et de Claudel), le philosophe (le poète de l’Idéal), le divin (le poète qui, tel les dieux, a toujours soif), le dandy (le poète du Spleen), l’universel (le poète célébrant l’Univers), le songeur (le poète toujours dans les nuages), le fauteur de trouble (le poète des murs ont la parole), l’exilé (le poète de Jersey), le concubin des Muses (alias le poète contumace), le couvreur (le poète écrivant ces poèmes « sur chaque ardoise du toit »), le pèlerin austère (le poète n’écrivant que couvert par sa vieille pélerine), le lunaire lunatique (le poète de Pampelune), le petit rat (le poète de l’Opéra), l’instituteur (le poète du parti pris et des leçons de choses), le penseur (le poète assis sur ses rondins), l’enfant des nuits d’Idumée (le poète à « l’aile sanglante, pâle…et déplumée »), le lanceur de dé (le poète du hasard et des bibelots abolis), le romancier (le poète confondu avec ses êtres de papier), le Don Juan (le poète in eroticis), le rimeur (le poète préférant la rime à la raison), le raisonneur (le poète inverse), le troubadour (poeta del trobar clus), le cachotier (le poète qui enferme chaque matin ses poèmes de nuit dans une malle), l’épique (le poète de l’époque homérique), le méthodique (le poète du Cogito), le faux don Juan (le poète jouant aux dames sur un jeu d’échec), le libre senteur (le poète des huiles essentielles), le plagiaire (le poète des pavés sous la plage), le prosaïque (le poète qui a cassé sa lyre), le problématique (le poète enculeur de mouches), le mythologique (le poète s’abreuvant à la source grecque), le négationniste (le poète qui nie les figures de style)…

La suite appartient aux lectrices lecteurs qui aiment la fatrasie

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :