JOUR DE VOTE : ESPOIR OU CAUCHEMAR ?

Le droit de vote : pour ou contre ?
Le poisson frit ou en papillote ?

Je vote systématiquement depuis l’an 1966
(l’an de mes 21 ans -âge légal à l’époque)

Je vote sans état d’âme
Pour faire ce devoir dont furent privé
Mes ancêtres

Je vote sans hésitation
Mais non sans (l’âge aidant) réflexion

Aujourd’hui après la Covid
Et devant la guerre en Ukraine
Un critère essentiel dicte mon choix
La FrancEurope
(Encore plus Encore mieux d’Europe)

(Les cons joyeux qui sont légion
Vont voter comme des effarés
Pour Ceux et Celle qui leur vantent
Les balivernes mortifères de la Nation)

SI HUGO REVENAIT

Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l'Alsace, toutes nos provinces, se sont fondues dans la France. Un jour viendra où il n'y aura plus d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits s'ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples(…) qui sera à l'Europe ce que le parlement est à l'Angleterre, ce que la diète est à l'Allemagne, ce que l'Assemblée législative est à la France ! Un jour viendra où l'on montrera un canon dans les musées comme on y montre aujourd'hui un instrument de torture, en s'étonnant que cela ait pu être ! Un jour viendra où l'on verra ces deux groupes immenses, les États-Unis d'Amérique, les États-Unis d'Europe, placés en face l'un de l'autre, se tendant la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies.
Discours de Victor Hugo au Congrès de la Paix de 1849













Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Et bien c’est fait,
    comme disait Daniel Biga:
    « Le pouvoir, le pouvoir nous les coupe »,
    mais ce mal est nécessaire, beau dimanche.

    J’aime

Laisser un commentaire

Répondre à michel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :