LE POÈME ET LE BRUIT


…entendant une rime (…) on sent deux systèmes qui se superposent,
l’un de pensée, l’autre de métrique.

Marcel Proust


Trop de bruit, nuit
Au poème discret,
Murmuré, suggéré.

Écrit à l’écoute
D’un monde
Des Écritures
Qui se rétrécit

La parole qui bruit
Envahit tout l’espace
Babélise ce public idiot
Des télévisions
Qui diffusent en continu

Ce poème sans bruit
Méditation, esquisse,
Je le pose ici
Et je m’éclipse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :