FATRAS ET FATRASIES

Patraque et patatras, je me noie (avec joie) dans le fatras de formes jouissives. Fatrasies sans tête ni queue, composées il y a belle lurette et dont la B.N.F. conserve quelques feuillets magnifiés par des lettrines dont le corps graphique nous saute aux yeux, avec l’illustration d’un tableautin en contradiction, le plus souvent, avec l’histoire en vers.

Li chan d’une raine

Saine une baleine

Une reine dans la Seine Le chant d’une baleine Ou bien la raine Rana Grenouille pataugeant dans le bénitier des imprimeurs et des primeurs de fruits pourris (pour rire) Ici tout est possible, muets chantent mâtine et aveugles voient clair, n’en déplaise au troubadour de la mauvaise réputation. Pauvreté donne à ma plume richesse et Fortune « hideux monstre aux bras multiples » se fracasse contre le mur de Mai 68 : Laissons la peur des Fatrasies aux cartésiens rancis.

voix mêlées entrelacées de musiques puisées sur fip jazz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :