L’ALEXANDRIN EST MORT VIVE L’ALEXANDRIN

Lalexandrin est mort Vive lalexandrin Tel dans sa boîte quantique le chat de Schröndiger : mort et pas mort ! Et dans sa boîte à livres devant le fleuve des poésies alexandrines Poésies entendues, lues des seuls yeux, phrasées, chantées et typographiéeset nul sens interdit ! Mais pour ces Douze mois en alexandrins 1 5 lecteurs comme les doigts dune main, firent grandir le texte Citations en font foi : « Les autres Jean (lire les « Rhétoriqueurs »), Jean dAuton, Jean Marot ou Jean Lemaire de Belges, étaient historiographes de Louis, Charles et François. Ici point de conquêtes, point de faits darmes, mais un combat modeste contre la nuit, cette ennemie obstinée des vivants. Pour tout Royaume une maison des Martigues, au temps heureux où y régnait une Dame. » 2  « Une écriture hybride, non bridée, se donne à lire, aucun fil blanc surnuméraire ne vient recoudre après coup ces tissus alexandrins. Pas de « rapiéçage » mais des « pièces » non rapportées. () Tout ça lui donne du fil à retordre, au lecteur, il bronche mais ne se braque pas(..) Il faut dire que le fil du temps mène la danse, le fil des mois, le fil des « moi », le fil des émois. La vie : un sacré fil dAriane. 3 «  Ça crochète ses vers au temps qui trace à même la peau son réseau dencre fugitive, ça calligriphe, ca cueille, ça cite, ça torque et rétorque, ça urge à flux tendu contre la solitude du poète et sa mort, ça attrape lor qui passe et plonge avec, yeux grands ouverts, dans les abysses, pour se feuilleter dobscur, naître de lAutre » 4 « Une année dhumain voyage et sa bigarrure démois comme une musique nerveuse et gourmandecoruscante parfois et de grande alacrité. Cest assez dire que jaimecette éternelle balançoire, le remuement annuel du sable de nos destinéeset comme une mesure typographique de nos vies. Lhésitation. Et le branle éternel du sens. » 5 « À douze pieds légers, la plume voyageuse Lesprit en éveil et lencre qui sétoile Poète tiens la flamme de léphéméride À travers les saisons lHistoire et les songes () Les arts  comme des amers pour garder la voie Loin des écueils noirs de ces temps délétères Faire passer de main en main de rive en rive Le feu des mots qui brûle et nous revigore » 6

1 Jean Jacques Dorio Douze mois en alexandrins  Editions Encres Vives Collection Encres blanches 2015 2 Pauline Dorio (« Le traverseur des voies périlleuses) 3 André Bellatorre (La main et la mémoire cousent le ciel des mots) 4  Tristan Felix (Terra Incognita) 5 Jean-René Rouvière (Ce frottis quotidien des mots et du monde) 6 Jacqueline Saint-Jean (La flamme de léphéméride »

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :