INCIPITS SECONDE TRESSE

LE PLAISIR DE LIRE UN PATCHWORK

Abecquer ses oiseaux de nuit, avec ces quelques mots rares aux sens le plus souvent inconnu. Il arriva chez nous un dimanche de 189…Colin terminait sa toilette.  « Je l’ai interrogé sur cette époque, où nous étions encore si jeunes, ingénus, enthousiastes, stupides, naïfs. Il en est resté quelque chose, sauf la jeunesse – m’a-t-il répondu. » C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. Le Rêve est une seconde vie. Vous avez mis le pied gauche sur la rainure de cuivre, et de votre épaule droite vous essayez en vain de pousser un peu plus le panneau coulissant.  Qui suis-je ? Si par exception je m’en rapportais à un adage : en effet pourquoi tout ne reviendrait-il pas à savoir qui je « hante » ?  Comme le temps s’y prêtait à merveille et qu’on était samedi, journée que sa fonction lui permettait de chômer, Anthime est parti faire un tour à vélo après avoir déjeuné.  Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt.  Pour être heureux, ça j’étais heureux. Je vous garantis que ça n’a rien de folichon ce patelin d’Alliance, dans le Nébraska ; surtout quand je vous aurai dit que je me faisais tellement tartir dans ce bled qu’il commençait à me pousser du sainfoin dans la cafetière.  Nel mezzo del cammin di nostra vita Mi ritrovai per una selva oscure

QUI A ÉCRIT ET DANS QUEL LIVRE ?

13 Abecquer ses oiseaux de nuit, avec ces quelques mots rares aux sens le plus souvent inconnu. 14 Il arriva chez nous un dimanche de 189…15 Colin terminait sa toilette. 16 « Je l’ai interrogé sur cette époque, où nous étions encore si jeunes, ingénus, enthousiastes, stupides, naïfs. Il en est resté quelque chose, sauf la jeunesse – m’a-t-il répondu. » 17 C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. 18 Le Rêve est une seconde vie. 19 Vous avez mis le pied gauche sur la rainure de cuivre, et de votre épaule droite vous essayez en vain de pousser un peu plus le panneau coulissant. 20 Qui suis-je ? Si par exception je m’en rapportais à un adage : en effet pourquoi tout ne reviendrait-il pas à savoir qui je « hante » ? 21 Comme le temps s’y prêtait à merveille et qu’on était samedi, journée que sa fonction lui permettait de chômer, Anthime est parti faire un tour à vélo après avoir déjeuné. 22 Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. 23 Pour être heureux, ça j’étais heureux. Je vous garantis que ça n’a rien de folichon ce patelin d’Alliance, dans le Nébraska ; surtout quand je vous aurai dit que je me faisais tellement tartir dans ce bled qu’il commençait à me pousser du sainfoin dans la cafetière. 24 Nel mezzo del cammin di nostra vita Mi ritrovai per una selva oscure

INDICATIONS (à lire en un second temps)

13 De l’auteur du blog, son livre « abécédaire ». 14 Un roman culte dont l’auteur mort après sa parution à la guerre infâme de 14 ne put jouir. 15 « L’histoire est entièrement vraie puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre » proclamait l’avant-propos de cet auteur qui aimait les jolies filles, la musique de La Nouvelle-Orléans et Duke Elligton. 16 Traduit de l’italien Composé de 9 histoires, « avant de trouver vie dans ce livre, elles ont existé dans la réalité. Je me suis limité à les écouter et à les raconter à ma façon. » avoue l’auteur, qui a choisi comme titre général un fragment présocratique : En suivant l’ombre, le temps… 17 Tous les grands égarés de la Littérature connaissent Mégara. 18 « Je n’ai pu percer sans frémir ces portes d’ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible ». « Une dame que j’avais aimée longtemps et que j’appellerai du nom d’A… était perdue pour moi ». 19 À l’exception de rares passages ce roman qui fit date est écrit à la deuxième personne du pluriel : c’est vous-même lecteur que le romancier semble mettre poliment en cause…20 Par un parti-pris « anti-littéraire » l’auteur élimine toute description par l’abondance d’une illustration photographique. Mais là n’est pas l’essentiel, l’essentiel est la rencontre de l’auteur avec « une jeune femme très pauvrement vêtue, si frêle qu’elle se pose à peine en marchant, curieusement fardée, le bord des yeux si noir pour une blonde. 21 Le titre du roman est un nombre qui évoque le début d’un événement historique : « l’Histoire avec sa grande H. » 22 Anton Voyl aurait pu s’appeler Antony Voilo, mais pas Antoine Voinel. 23 Marcel Duhamel, l’ami des surréalistes, traduit le premier livre de la « Série Noire » (le titre lui aurait été suggéré par Prévert). 24 Inutile de traduire. L’auteur, « au milieu du chemin de sa vie », en écrivant ainsi, invente dit-on l’italien. (Il aurait hésité avec l’écriture en Provençal).

LIVRES

13 Un dictionnaire à part moi Jean Jacques Dorio 14 Le grand Meaulnes  Alain Fournier 15 L’écume des jours Boris Vian 16 Le temps vieillit vite Antonio Tabucchi 17 Salammbô Gustave Flaubert 18 Aurélia Nerval 19 La Modification Michel Butor 20 Nadja André Breton 21 14 Jean Echenoz 22 La disparition Georges Perec 23 La môme vert de gris Peter Cheyney (traduction Marcel Duhamel) 24 La divine comédie L’Enfer Dante

médaille d’or pour les recherches et les réponses :

Maria-Dolores Cano

http://reveusedemots.blogspot.com/

Rejoindre la conversation

8 commentaires

  1. 21 « L’histoire avec sa grande hache » fait référence à Pérec serait-ce encore lui ? si oui dans quoi ? that is the question

    23 serait-ce le premier livre publié dans « Série noire » La Môme vert-de-gris » de Peter Cheyney, titre original « Poison Ivy » ?

    J’aime

  2. « En suivant l’ombre, le temps… » pourrait mettre sur la piste de : « L’ombre du temps » de Roberto Dal Prà et Paolo Grella

    « avant de trouver vie dans ce livre, elles ont existé dans la réalité » me dit qu’il pourrait s’agir effectivement de Roberto Dal Prà spécialisé dans les récits réalistes

    Après quel tome , je n’en sais rien,,, jamais lu

    J’aime

  3. Antonio Tabucchi, “le plus italien des écrivains portugais” semblerait-il
     » En suivant l’ombre, le temps… » me mène vers « Il tempo invecchia in fretta » (Le temps vieillit vite)
    en conclusion je dirais pour le 16 : Le temps vieillit vite de Antonio Tabucchi / composé de 9 récits.

    J’aime

  4. « Le titre du roman est un nombre qui évoque le début d’un événement historique : « l’Histoire avec sa grande H. » » … et les éditions de minuit me conduisent vers la guerre de 14-18 ; et vers « 14 » de Jean Echnoze

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :