CHANSON D’UNE ÉPIPHANIE

Laissons sibiler les serpents Qui a écrit ce vers ma chère Sibiler n’est pas syllaber Laissons syllaber les enfants Dans une école ensoleillée C’est le jour de l’épiphanie Dont il sort la fève nouvelle Ouvrez lecteurs ouvrez vos cœurs À la pulsation des ruelles Celles où les vers s’accumulent Sibyllins ou brodés d’écume Qui font sibiler les cœurs purs En chantant des songs sur un banc Leur bouche en cœur dépiphanie

Rejoindre la conversation

4 commentaires

  1. Ils ne sont pas encore amis des notaires et des notables
    Ils ne sont pas encore admis à diner le soir à leur tables…

    J’aime

  2. Oui, vraiment, la bouche en cœur,
    pensant à la chère Maria Garcia Rey
    qui enseignait el castellano aux collégiens,
    cantando la ronda del silbidito :
    el dia que yo me case a de ser a gusto mio,
    « has(?) » de salir al balcon cantando pio pio pio pa pio
    et le cœur en forme de fraise °.

    ° Louise de Vilmorin ?

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :