À L’ENVERS DE LA NUIT

À l’envers de la nuit je tisse les chants d’un cygne qui si j’en crois Wikipédia drense ou drensite, siffle, trompète…(« de la renommée vous êtes bien mal embouchée »1 À l’envers de la nuit À l’endroit de mes vers qui passent courants d’air sur l’ennui qui nous nuit sur ce cygne à la mort dont aucun signe mord Cygne plus blanc que le linceul 2 dans lequel chaque nuit je me couche Cygne d’autrefois Fantôme qu’à ce lieu son pur éclat assigne (c’est du pur Mallarmé) À l’envers de la nuit À l’endroit des poèmes qui nourrissent Eros l’Amour et Thanatos la Mort frère jumeau d’Hypnos Mon chant indifférent au pathos clapotis tressaillements des Poètes maudits que Verlaine (qui les magnifia) métamorphosa en poètes absolus par l’imagination, absolus dans l’expression, absolus comme les Rey-Netos des meilleurs siècles (je laisse au lecteur l’énigme des Rey-Netos) À l’envers de ces œuvres en effet absolument modernes Le Corbière railleur Il se tua d’ardeur et mourut de paresse Son seul regret fut de n’être pas sa maîtresse Le Rimbaud voyelleur A blanc E noir I rise O range U rsule (c’est un faussaire qui recopie) Le Mallarmé (encore lui) façonneur de tombeaux Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change et la Marcelline Les femmes je le sais ne doivent pas écrire J’écris pourtant J’écris en achevant bien les chevaux de l’Apocalypse qui ravagent aujourd’hui l’Ukraine J’écris ce chant perdu pour les lecteurs éveillés qui avant de s’éclipser dans la blancheur sombre 3 d’un mythe jettent leurs derniers cris  1 Brassens 2 « linçol en occitan désigne en effet un drap 3 Hugo (bien sûr)

28 juin 2022

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

COME DI LE CHANT SOUS LE TEXTE

Comédie
La comédie d’un jour
« come di » Paolo Conte
Tragédie 
Paroles démentes du roi Lear

Ire ou ivresse
Tu n’emporteras icelle en paradis
dit le manuscrit
issu de quelque encrier sans nuit 1
ou bien du retour de la lumière absconse 2


Lire des Poésies
Cette pratique que les contemporains
Camelots activés par la pression de l’instant1
Savent de moins en moins exercer

Incapables d’apprendre à déceler
L’air ou le chant sous le texte1

1 Mallarmé 2 Marot

J’ÉCRIS opus 3

L'homme écrit sur du sable
Moi ça me convient bien ainsi
L'effacement ne me contrarie pas
À  marée montante je recommence

Jean Dubuffet

J'écris noir sur blanc avec beaucoup de blancs
dont j'ai besoin pour écrire un poème

J'écris sans hésiter mais si lentement
que quand je me décide j'ai éliminé
ce qui m'était venu à l'esprit d'emblée

J'écris dans la nuit blanche des poèmes
antérieurs à toute écriture
comme un chant itinérant

J'écris d'un lieu à l'autre
allongé dans le hamac le lit
marchant dans les Andes péruviennes

J'écris devant le lac Titicaca
et sur la pierre du soleil de Machu Picchu

J'écris avec le pinceau de Mi Fu
c'est le va et vient du souffle
qui fait que trait est gros ici
et maigre là

J'écris maigrelet des formes et des lignes esquissées
esquisitas (délicieuses)

J'écris en noir de Chine' des phrases sans mots
Dessinant sans que je m'en mêle mes hypnographies



hypnographies Jean Jacques Dorio

LE CHANT LA NUIT SOUS COUVRE-FEU





Le chant la nuit

Dans la ville morte

Sous couvre-feu

Jeté sur ce papier

Qui défie les écrans

Qui se déploie

Oiseau phénix





Le chant douleur

Que laboure l’écrit

Les cris du nouveau-né

Ce poème grinçant

Que traverse le temps





Le chant la passe

Le geste tant de fois

Esquissé frayant

Avec l’espace

L’instant précieux

D’un poème innocent





Le chant transcrit

Sur ce papier

D’où s’envole

Telle une braise

La dernière métaphore





13/01/2021

manuscrit avec ornement « hypnographique » jjd 14/01/2021

L’ARC ET LA LYRE





Bajo tu arco la noche duerme

Velan tus brasas

Octavio Paz





 Sous ton arc dort la nuit dort

Veillent les braises

(ma traduction)





La nuit me tend son arc

El Arco y la Lira

Echos de Paz

Le bien nommé





L’arc et la lyre

La flèche de Zénon d’Élée

Qui vole immobile

Et la lyre d’Orphée

Qui fait danser les Muses





Paix aux mille soleils des insomnies

Litanies des commencements

Épiphanies des songes

Pierres vives où l’on grave nos chants