JE VOUS SALUE VOUS QUI VEILLEZ





Je vous salue vous qui dormez
Robert Desnos


Je vous salue vous qui savez
Séparer le bon grain de l’ivraie

Je vous salue vous qui veillez
à démêler le faux du vrai

Je vous salue hommes d’argile
Dont la vie est longs exercices
	Essais Savoirs toujours fragiles	

Travaux en cours de votre espèce fabulatrice

Je vous salue femmes de rêves
Femmes de plumes de pourquoi
De mère sublimées en Ève
De donas de l’amour courtois

Je vous salue vous qui dormez
Qui flottez dans vos nuits de doute
Ou bien assis au bord des routes
Amours splendides vous rêvez

Je vous salue vous qui aimez
Compagnons gentils hors de vilités
(pensées viles)
Fleurs de beauté à céleste visage

Ainsi finit mon babillage



Citations Nancy Huston (l’espèce fabulatrice) Rimbaud (Ma bohème) Rabelais (l’abbaye de Thélème)


UN PETIT TEXTE AVANT DORMIR

un petit texte avant dormir

on pousse la roue aux mots jusqu’à minuit

ceux qu’on lit et ceux qu’on écrit

jusqu’à l’assoupissement

puis l’ouverture du colloque incertain avec nos rêves énigmatiques

un petit texte dans le désordre des draps de notre couche

où vient les yeux fermés l’ébauche d’un écrit

qui oscille fiévreux ou apaisé

une petite pièce d’écriture illuminée d’une bougie factice

propice au désordre et à la confusion des pensées

on dirait que l’on rêve tout éveillé

ce soir des images glissent sur un enfant

qui n’existe plus depuis belle lurette

il descend l’escalier teinté au brou de noix

sort-il d’un cauchemar ou d’un songe merveilleux

nul ne sait

les adultes autour de lui prononcent des paroles incompréhensibles

puis la parenthèse se referme

mais non l’imprévu de toute image fugitive

prélude de nos nuits