CE QUI ARRIVE

CE QUI ARRIVE

Ce qui arrive de convenu et dinattendu Ce qui arrive dans un roman 1 où une grand-mère veille toute la nuit un fusil à deux coups à ses côtés pour tirer sur ses cochons darbres qui profitant de lobscurité avancent en douce vers sa maison afin à la longue dy pousser et de la détruire Ce qui arrive sur mes carnets dapprentissage où jai noté des vols doiseaux désordonnés, des sensations dans des lieux antiques où lon essaie XX siècles après de donner une forme visible à linvisible Ce qui arrive quand lon attend sa jeune fille à la gare dAix en Provence avec à lhorizon la Sainte Victoire blanche à midi avec des nuances de rose Ce qui arrive en ouvrant les volets de son porte-fenêtre donnant sur la haie de pittosporum et quune tourterelle qui passait par là bloque soudain son vol, surprise (un petit miracle naturel dune image réelle gracieuse) Ce qui arrive dans le ciel vu de son hamac tissé par une amérindienne de lethnie Panaré, dont on revoie le jour de léchange, le sourire malicieux Ce qui arrive dans un présent sans futur qui ne fait que passer

1 Méfiez-vous des arbres Daniel Apruz 1983 Dédicace : Cette petite histoire où les interlignes sont des abîmes à lire entre bois et écorce

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

UN TEMPS SANS MONTRE





J’ay un dictionnaire tout à part moi
Je passe le temps…quand il est mauvais et incommode
Quand il est bon je ne veux le passer
Je m’y tiens
Montaigne

Je vis un temps sans montre
Montre au poignet
Et montre comme on dit « il s’exhibe » 
« Il se montre »

Je vis dans la durée vécue du maintenant,
Dans les livres (ma patrie)
Dans l’Histoire et ma micro-histoire
(qui me fait vivre le temps présent comme l’avenir du passé)
Dans l’écriture
(antidote à une identité figée)

Je vis Mes humanités contrariées
Par les ravages de la modernité,
Dont le consumérisme effréné
Est le symbole

Je vis en retrait
Cultivant l’anticonformisme
…et la convivialité


MOTS ARRACHÉS

manuscrit avec hypnographies




Quelques mots arrachés au silence de la nuit

L’agate les corbeaux les pensées la poussière

L’enfance de Van Gogh Descartes cogitant

Ça ne mène pas loin mais ça fait exister

L’alexandrin boiteux la rime passagère

« Ça éloigne de soi » après un vieux rêve

Où l’on revoit sa grange pleine de totems

Une faux un marteau une pierre de Rosette

L’odeur du foin coupé des plumes de corneille

Échange de regards des objets au sujet

Les mots comme arrachés ont parlé dans la tête

Mais sur la page blanche ils n’ont fait que passer





02/01/20201

quelques mots arrachés

PASSER COMME NOS PEINES





le fleuve est pareil à ma peine

il s’écoule et ne tarit pas

Guillaume Apollinaire





Passer comme le fleuve

Qui est de temps et d’eau





Passer comme les visages

Des vivants et des songes





Passer comme la barque

Du berceau du cercueil





Passer comme ces vers

Qui filent l’anaphore





Passer comme les humains

Qui en nos temps de détresse

Continuent d’échanger

Leurs métaphores vives