CHANSONS





Une chanson de pauvre mais que ce pauvre chante

Proche des larmes au creux des nuits

Une chanson de riche qui en a pour ses sous

Saoul saoul comme l’Arsouille qui se disait Milord





Une chanson de mort étendu sur son lit

Ou perché sur un arbre

Dans un hamac piaroa

Au son des maracas





Une chanson de vie qui joue avec le feu

Répand ses petites fleurs

Sorties de sa clarinette

Ou d’un sax soprano





Une chanson sans paroles

Que l’on ne sait comment finir

Et que l’on abandonne de guerre lasse

Aux fantômes des souvenirs


	

FANTAISIES ANACHRONIQUES

(notre vie étant si peu chronologique, interférant tant d’anachronismes dans la suite des jours) Marcel Proust





Je me souviens de Toto Laricot

et de Tata « La Risa« 

Je me souviens de la pipe de Magritte

et de celle du pape Pipu

Je me souviens de Marguerite Yourcenar

et de son Oeuvre au noir

Je me souviens de la Sardine qui a bouché le Vieux Port

et des enfants du Pirée

Je me souviens de Nicolas de Staël

du marteau et de la faucille des Stals

Je me souviens des pâtés d’encre sur le journal

qui protégeait la table de la cuisine

où je faisais mes devoirs d'écolier

et des saucisses qui pendaient au plafond

Je me souviens du petit loup percé d’une plume

et des Amours jaunes de Tristan

Je me souviens de la pèche à la baleine

et de tes beaux yeux bleus tu sais





Je me souviens de toi qui ne se souviens plus de rien

DIRE 1

DIRE 2

LA PORTE DE MA MAISON D’ENFANCE

hypnographies dorio 03/08/2016




Cette rue qui longeait la rivière

Je ne l’emprunterai plus

Et la porte de ma maison d’enfance

Que nécessité me força à mettre en vente

N’est plus qu’un panneau de bois dur

Fermé pour moi à jamais





Mais je laisse là les souvenirs sans suite

J’ouvre la fenêtre

et laisse entrer quelques instants

la fraîcheur sur la passe maritime

d’une première nuit de septembre





Un poème nouveau m’attend

dans sa discontinuité essentielle

et son essai de recomposition





L’éclair d’un geste

Qui ouvre sans le vouloir

La porte de ce poème

Comme un éventail





JE ME SOUVIENS DES MÉMOIRES D’UN AMNÉSIQUE





( une suite au post du 17 avril)





Je me souviens des mémoires d’un amnésique un court-circuit stylistique

Je me souviens de chansons licencieuses mettant en relief l’action de certains moines, curés et autres pervers polymorphes de la gent pas très catholique, dont Brassens fit quelques lestes couplets

Je me souviens de mon petit vélo rouge avec lequel je faisais le tour du village

Je me souviens de quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour

Je me souviens de Marinette à qui Brassens, encore lui, voulut offrir pour ses étrennes un p’tit vélo ma mère

Je me souviens du petit conservatoire de Mireille qui était aussi le prénom de notre voisine provençale et celui de la mouche de la chanson de Dick Annegarn zouzouzouzouzoum

Je me souviens de mon pote le gitan et de mon pote Juan

Je me souviens du comment vas-tu y’au de poêle  du ça va t’y ou ça va t’y pas et du scaferlati

Je me souviens des canuts c’est nous les canuts nous vivons tout nus de Camus Albert et du jeu à la rémoise d’Albert Batteux

Je me souviens que quand les hommes vivront d’amour nous nous serons morts mon frère

Je me souviens du diplodocus du cigare diplomate et du dis quand reviendras-tu

Je me souviens de nous marchant main dans la main dans les rues de La Havane déambulant autour du Parthénon sous les voûtes de la Sixtine autour de l’homme de Giacometti à la fondation Maeght mais pas devant les nymphéas du Moma

Je me souviens que l’on m’a téléphoné hier de Bordeaux de New York de Marseille mais pas de Bayeux

Je me souviens de ma deux chevaux la deuch auto fétiche et les autres bien plus performantes je les relègue au second plan

Je me souviens de ton père n’est pas vitrier ça t’en bouche un coin en voiture Simone mais je n’ai jamais su de quelle Simone il s’agissait

Je me souviens de sur la route le bouquin que Kerouac écrivit sur un rouleau de 36 mètres 50 cm de long de sur la route pa-ram-pam-pam-pam sur laquelle Nana Mouskouri faisait défiler son petit tambour

Je me souviens de elle est sourde comme un pot tu n’as eu pas de pot c’est dans les vieux pots qu’on fait les bonnes soupes de qui paiera les pots cassés et du coureur cycliste Jean Apôtre dit Apo Lazaridès

Je me souviens (suite au prochain numéro)

PATCHWORK IN PROGRESS


POÉSIE MODE D’EMPLOI
écriture sans rature
mais avec le clavier
il n’est pas interdit
de modifier






C’est une page qui remue comme un serpent

C’est un page écrite sous les yeux de musiciens jazzant à Vienne

C’est une page écrite à la fin d’un long silence





C’est un souvenir d’enfance

C’est un souvenir d’enfance écrit soixante ans après

Celui qui l’écrit regarde ce qu’il est devenu dans la glace

avant de s’y mettre vraiment

C’est un souvenir d’enfance qui dévasta un petit enfant sans histoires

C’est un souvenir d’enfance Ô vous frères humains d’Albert Cohen





C’est un mouvement qui ne peut cesser

Si l’on en croit les théoriciens des vers

C’est un mouvement en voie d’extinction

Si l’on en croit les praticiens des vers

C’est un mouvement





C’est un roman qui commence par l’annonce d’une catastrophe

C’est un roman qui commence par nommer le mort victime de la catastrophe

et le supermarché qui dans le même temps s’est effondré

C’est un roman qui commence par ce souffle puissant propre aux catastrophes

C’est un roman catastrophique





C’est un lecteur

C’est un lecteur fâché avec l’unique libraire de sa ville

C’est un lecteur qui fait venir ses livres par la Fédération Nationale d’Achat des Cadres

C’est un lecteur qui aime briser les cadres

C’est un lecteur qui lit quatre ou cinq livres en même temps

C’est un lecteur qui écrit sur tous les livres qu’il lit

exceptés les livres de poésie

qu’il recopie





C’est une manière d’écriture du soir en attendant le film d’Arte

C’est une manière de donner le change aux chaos qui s’enchaînent

quand vient la nuit

C’est une manière d’instrument de recherche

C’est une manière de ralentir

Attention Travaux

13/01/2020
temps d'exécution
une heure environ