LA LANGUE DES CLANDESTINS SAIT ATTENDRE





C’est un sentiment étrange

                                                           -comme « être ange »

                                                                un peu pervers

                                                            de l’ami Prévert-

Je suis en train de commencer

une écriture

que quelqu’un -me semble-t-il-

a déjà lue





Mais curieusement

au lieu de me « couper les ailes »

-me couper d’Elle

car c’est une lectrice

qui me court-circuite-





au lieu de rompre

les fils du texte

je le poursuis





je lui ajoute

ces alongeails

qu’affectionnait Michel

sur ses pages

écrites à Montaigne





cependant pour l’instant

je vais ôter ma pièce

du circuit

la dissimuler

aux yeux de cette Françoise

-une manière de la nommer-

qu’il faut tout de même

un peu désorienter





la langue des clandestins

sait attendre









13/02/2020

10h11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :