TANT QUE MAIN DANSE

Sur mon cahier d’écolier
Deux dessins à  deux fois
Vingt ans de distance
 
Tant que la main danse
Et que l’enfance de l’art
Poursuit ses fantaisies
 
Puis à la fin des fins
« Tout doit disparaître »

	

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :