LA MAISON D’ÉCOLE

UN DICTIONNAIRE À PART MOI
(enfance...suite)

la maison d’école

l’école était au centre du village grande bâtisse imposante dont je ne me suis jamais demandé qui l’avait faite construire par qui et pour qui – regrets tardifs – maison d’école réservée aux couple d’instituteurs qui occupaient les pièces du premier et aux élèves dans les salles du bas – petites classes à gauche dirigées par la maîtresse Madame G. ou Madame D. et grandes classes à droite mais salles séparées où officiait son époux Monsieur – c’étaient des maîtres quasi sacrés des « régents » en occitan réjints – pour la prononciation –  quand je les rencontrais enfant je n’étais pas tranquille – disons – je levais mon béret, je formulais distinctement bonjour monsieur – plus prosaïquement nos instits étaient gavés de victuailles venues des tueries de cochon du vin des vendanges des lapins poulets pour mes parents et des produits du jardin bien que nos régents issus eux aussi de parents paysans savaient cultiver le leur – un jardin leur était attribué –

comment j’appris ou je n’appris pas à lire

l’école était la priorité des priorités le lieu d’où sortait le savoir le vrai mis à part le bran rabelaisien que j’ai plus haut évoqué (pas ici) j’y entrai pour des raisons plus nobles comme un phénomène – déjà je savais lire avant de commencer ! –  en réalité j’avais appris par cœur un petit livre où je m’assimilais à un ours tournant les pages au moment opportun mon grand-père Vidal me l’avait peut-être enseigné un de mes premiers souvenirs d’enfance est celui de sauter sur ses genoux entraîné par ce cheval imaginaire – ahi ! coco ! – qui me faisait passer du pas au trot et du trot au galop au galop et tout ça avec le bruit des sabots en bois avec des lanières de caoutchouc – quant te coustéron les esclops quand eron naous – combien t’ont coûté tes sabots quand ils étaient neufs

Rejoindre la conversation

5 commentaires

    1. Merci beaucoup André Maison d’école fut notre chance Bien qu’à la fin pour moi qui ne la quitta qu’à 60 ans d’âge c’était devenu un hlm de misères où échouaient la plupart des enfants sans ressources matérielles et surtout spirituelles Nos parents y croyaient Leurs parents avaient abandonné l’espoir de l ‘école libératrice…comprenne qui pourra Mais nous au moins nous n’avons jamais incriminé les « gosses » (la suite dans de prochains articles de ce « dictionnaire à part moi »)

      J’aime

  1. C’est peu dire que j’aime, texte et chanson!!
    moi je suis d’un pays qui est une ville
    « On n’est pas d’un pays mais on est d’une ville
    Où la rue artérielle limite le décor
    Les cheminées d’usine hululent à la mort
    La lampe du gardien rigole de mon style… » (Lavillier)
    mais les villes comme les villages se meurent
    et c’est dur de les regarder s’effacer …dans la détresse
    je me suis risquée dans une chanson une fois pour le dire
    je te l’envoie en forme de partage, très modestement!
    https://estourelle.blogspot.com/2020/05/la-ville-defaille_15.html

    J’aime

  2. Je te remercie Et bien sûr je l’ai écoutée ta chanson 2 fois pour l’instant mais je recommencerai demain La voix insiste veut et ne veut pas abandonner ce qui a disparu Mais par ricochet voilà que je suis parti sur tes différents centres d’intérêt dont cet « homme qui dort » de Georges Perec Ce qui m’apparaît le plus important c’est « l’étonnement » qui n’en finit pas d’explorer ces chemins qui n’existent qu’en les faisant…(à suivre)

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :