LETTRE EN FORME TRISYLLABAIRE

original

Lettre en forme

trisyllabaire





C’est la fin

du mois d’août

pas de doute

On m’écrit :

Cher ami

que deviens-

tu tu tu ?

Écris-tu

en vers doux

ta marotte ?

De bon cœur

tes « épîtres

en absence »

du visage

de l’aimée ?

On m’écrit

Je réponds

Sur le pas

d’un silence

libérant

les bons flux :

J’avais peine

J’ai soulas

Ouverture

familière

de liesse

soudaine

-éphémère

mais certaine-

Dernier dé

Que je lance

Pour jourd’hui

Temps passé

Sur papier

Nous éclaire

Et nous lie

J.J.D.

« La plume en l’absence » Pauline Dorio
Le plus grand bien qu'ayant amis présents,
c'est s'entrevoir : puis quand ils sont exempts...
C'est la plume en l'absence

Charles Fontaine (1555)

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Deux ou trois
    syllabes
    en ruban
    un écrit
    de l’ami
    qui devient
    symphonie
    Il écrit
    en vers bleus
    son amie
    son doux chant
    sa chérie
    son aimée
    promise
    en poésie
    Il écrit
    sans ruban
    de sa main
    passionnée
    libérant
    les bons mots
    lumière
    de ses yeux
    Passage
    des adieux
    de la joie
    revenue
    coup de vent
    avéré
    Dernier jour
    de l’été
    dans la pluie
    temps d’après
    vérité
    de la nuit
    insomnie

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :