COURS VITE ET VA LOIN

manuscrit avec hypnographies : jj dorio
la clownesse Cha-U-Kao
Toulouse-Lautrec (1895)

COURS VITE ET VA LOIN





Une voix intérieure me fait vibrer les lèvres

Je ne sais quelle muse obscure de la nuit

M’emporte au royaume où les morts et vivants

Croisent leurs expériences





Je vois les acrobates préparant leurs prouesses

Sur la boule lovant leur corps de serpent





Je vois Cha-U-Kao cette clownesse peinte

Par l’artiste nabot génie de la palette





Je fais du Grand Palais un bazar où l’on peint

La vie des grandes filles les secrets de famille





À minuit sonnerie mes rimes s’assonancent

Ma cavalière rit effeuillant la mémoire

Ses dents sont rouge sang Cours vite et va loin

Ici tout n’est que cendres





cours vite et va loin voix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :