UN SONGE QUI SOUS MINUIT SCINTILLE





Je lisais un poème écrit en espagnol. Peut-être d’Octavio Paz, dont je vois la couverture noire,

et le titre en bleu sarcelle, Libertad bajo palabra. J’avais sous mes yeux, une page du livre, que

je lisais et relisais, mais mentalement.

J’étais assis sur un banc vert dans une rue populeuse, où les gens passaient et repassaient, comme

au paseo du soir. Je rêvais aussi, je ne sais plus dans quel ordre, qu’on descendait un escalier, avec

un groupe de personnes ensemble, visitant un musée.

Le poème, que je lisais et relisais,  était une succession d’images, comme dans l’écriture automatique

des surréalistes, mais sous forme de sonnet, forme abolie par André Breton.

C’est alors qu’un personnage envahit l’espace du rêve. Brun avec une moustache,

il passa devant moi, puis revint sur ses pas. Je n’étais plus dans la rue, mais sur le quai du chenal

qui traverse ma ville, en face de sa bibliothèque, rebaptisée « médiathèque ».

L’homme qui était passé devant moi, je n’en doutais plus, était le poète dont je lisais la page.

Carne y hueso, en chair et en os. L’occasion était trop belle, pour que je m’adresse au maestro mexicain.

Je choisissais une ligne forte, belle et quelque peu énigmatique, une étincelle noire, une pépite,

et la lançait en l’air, espérant qu’elle « toucherait » son supposé auteur.

Tendida, piedra hecha de mediodia, ojos entrecerrados donde el blanco azulea, entornada sonrisa. (Paz)

« Déployée, pierre qui sous midi scintille, yeux entrouverts dont le blanc s’azure, sourire entrebâillé. » (Dorio)

Mais la vision s’estompa au moment où trois à quatre individus s’assirent de concert sur mon banc.

Ils ne tardèrent pas à manifester leur hostilité, m’arrachèrent la page du livre et la déchirèrent en mille morceaux.

Le rêve réécrit ce matin, je ne trouve pas d’explication.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Comme les pierres du commencement
    Comme le commencement de la pierre
    Comme le commencement pierre contre pierre
    Voici les fastes de la nuit:
    Le poème encore sans visage
    Le bois encore sans arbre
    Les chants encore sans nom

    A pas de léopard déjà c’est l’irruption de la lumière
    La parole se lève ondule tombe
    Et c’est une grande blessure un silence sans tâche

    Octavio Paz, Liberté sur parole

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :