TERCETS DE LA VINGT-CINQUIÈME HEURE





Lecteur bénévole

Casse la glace en toi

Et jette-toi au feu !





Tu n’écris plus que des poèmes de nuit

Tu n’écris plus que des poèmes

Tu n’écris plus





Les poèmes en prose

La prose du monde

Le monde des assassins de la poésie





Tous les poètes ont affaire avec le mal

Mais un seul a osé envoyer ses fleurs

À son éditeur





Un poème ça se calcule ou non

C’est un moment où l’on bascule

dans l’illusion





Une pure illusion

qui se réalise

ou non





J’ai dérivé sans dérêver

En essayant de ne pas trop obscurcir

Mon propos





C’est la vingt-cinquième heure

Je finis là ma veille

Je range mon papier





dimanche 13/09/2020

de zéro à une heure du matin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :