LAMBINER

version première (et presque définitive) écrite à la main ce 24/09/2020




LAMBINER

Ce sont mes plus beaux moments d’écriture.

Je pars d’un mot ou de plusieurs, qui ne dépassent une ligne.

Ils ne sont pas de moi, mais d’un livre, que je ferme alors.

« Une page blanche, vierge de toute écriture ».

C’est la cueillette de l’instant.

Ensuite cette carte tirée, je cherche et lui ajoute une des miennes.

Aujourd’hui par exemple c’est « Y a-t-il un texte dont mes intonations fassent mieux jouer toutes les nuances ? »

Mais non, ce n’est toujours pas de « moi », mais d’un autre livre. (Celui-là d’une femme).

Une page blanche, si je commence à faire mouvement sur elle, quelque soit le temps que je vais y consacrer, je m’oblige à la remplir.

C’est comme un devoir d’écolier. Mais comme je n’aime pas raturer (une sorte d’interdit), rien ne me presse de la terminer.

Cette page ce matin c’est écrite au lit, à mon réveil du matin.

(C’est autre chose pour mes réveils de nuit).

Dieu sait combien elle m’a permis de lambiner.

Tout à l’heure, je la recopierai, à l’aide du clavier.

 Et puis je l’oublierai.





citations : « Le côté de Guermantes » et « Enfance »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :