ET LE RIRE ALORS ?





– Et le rire alors ?

– Ah ! l’humour toujours l’humour !

– Tu as toujours aimé « badiner », non ?

– Oui. C’était une tradition dans mon village,

quand on croisait quelqu’un on avait un mot pour la blague.

– Et ça marchait ?

– Oh pas toujours. Certains prenaient mal la plaisanterie.

Ils craignaient de devenir la risée du village,

le badin de la farce.

– Encore une « farciçure » de Gascon, non ?

– Oui, un farcis aux petits oignons de notre cher Montaigne.          





    

Dialogues intérieurs IV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :